Vélo monocoque Mokumono

Publié: 21 novembre 2018 dans Uncategorized
Cadre de vélo en aluminium monocoque Mokumono des frères Bob et Tom Schiller.

Cadre de vélo en aluminium monocoque Mokumono des frères Bob et Tom Schiller.

Peut-on encore produire un vélo de A à Z sans passer par la case fabrication asiatique tout en restant compétitif économiquement ? Un beau sujet d’étude pour un vélosophe, non ? Bob Schiller, étudiant à la renommée Design Academy d’Eindhoven (Pays-Bas), s’est penché sur la question en guise de travail de fin d’études. Pour lui, la solution passe inévitablement par une remise en question de la manière dont on fabrique les cadres de vélo. C’est dans le secteur automobile qu’il a trouvé l’inspiration. L’automatisation des processus de production automobiles et les innovations liées au mode de fabrication des voitures modernes lui ont donné l’idée de concevoir son cadre de vélo en aluminium monocoque. Une technique éprouvée et parfaitement adaptée aux contraintes d’un cadre de vélo avec un aluminium de qualité supérieure. Aujourd’hui, le rêve d’étudiant s’est transformé en aventure entrepreneuriale puisque Bob et son frère jumeau Tom ont lancé la commercialisation de leur vélo monocoque Mokumono !

L’aluminium vous intéresse? Avez-vous déjà lu l’article sur le vélo de ‘monsieur aluminium’ Michael Young ?

 

A la recherche d’un cadeau original pour un amateur de vélos ?

Suivez Vélosophe sur FacebookTwitter Instagram.

Publicités
Le vélo en bois fabriqué au Québec par le trio de Picolo Vélo : Loïc, Nicolas et Pierre.

Le vélo en bois fabriqué au Québec par le trio de Picolo Vélo : Loïc, Nicolas et Pierre.

Pour fabriquer son propre vélo en bois, Pierre s’installe dans l’atelier d’un duo d’ébénistes de Montréal (Amik ébénisterie). Après quelques mois de travail en autodidacte, la passionné de vélo peine à finaliser son projet. Les trois hommes s’associent alors et transforment le projet personnel en une aventure d’une tout autre dimension : le développement d’un vélo de course en bois commercialisable. Trois ans plus tard, le vélo Picolo (contraction des prénoms des trois vélosophes : Pierre, Nicolas et Loïc) est présenté au salon du vélo de Montréal. « En tant qu’ébéniste, je pourrais réaliser quelque chose qui ressemble à un vélo, mais ce n’est pas pour autant que ce vélo serait agréable ou performant », m’explique Loïc Dehoux. « Nous avons combiné nos expertises respectives et collaboré avec un ingénieur et divers partenaires externes pour arriver au vélo souhaité ». Le trio a en effet testé son cadre dans un laboratoire spécialisé pour valider des choix techniques, comme le lamellé-collé, et offrir une garantie de qualité. Les résultats des tests ont même surpris les responsables du bureau d’études. La rigidité était largement supérieure aux données de vélos de triathlon. L’absorption des chocs est un autre point fort de ce vélo en frêne, une essence d’ailleurs sélectionnée pour les mêmes raisons pour la fabrication de manches d’outils. Quant aux colles à eau et produits de finition utilisés, ils garantissent une durée de vie de 25 ans sans alteration. Un bel ambassadeur de la filière bois canadienne et, surtout, un vélo très agréable à la conduite. Gardez la confidence pour vous, il se chuchotte que Picolo sortira un second modèle de vélo en bois d’ici quelques mois…

Vous aimez les vélos en bois? Ces autres articles devraient vous intéresser :

Et il y en a aussi dans mon livre sur les vélos originaux (un cadeau sympa pour les fêtes, frais de port offerts :))

Suivez Vélosophe sur FacebookTwitter Instagram.

Le vélo de Bike 43 peut transporter jusqu'à 3 enfants. A quatre sur un vélo.

Le vélo de Bike 43 peut transporter jusqu’à 3 enfants.

Avez-vous déjà placé un enfant dans un siège sur le porte-bagage arrière de votre vélo? Même avec un bon porte-enfant, l’équilibre à l’arrêt reste précaire sur un vélo classique (béquille généralement peu adaptée) tandis que les manoeuvres à pied en poussant le vélo chargé exigent une grande attention. L’accident le plus fréquent est la chute du vélo avec l’enfant au moment de passer une bordure à pied. Ayant connu la mésaventure, Etienne Richelle a recherché une solution plus sécurisée. Pourquoi pas un vélo cargo ? Ce type de vélo offre certes une plus grande sécurité mais reste malheureusement lourd, encombrant et pas simple à stocker lorsqu’on vit en appartement. Il s’est donc lancé dans la création d’un prototype. « Sur un porte-bébé classique, l’enfant est trop haut, ce qui déstabilise le vélo. Et si vous avez deux enfants, vous êtes pratiquement obligés d’opter pour une remorque », explique le responsable de Bike 43 (bike for three). Le vélo d’Etienne est un exemple de bon sens et de créativité. Pour améliorer la stabilité, il a abaissé la position des deux sièges d’enfant tout en les ramenant un peu plus vers l’avant. La bonne trouvaille réside dans la ‘footbox’, une boîte rigide dans laquelle le premier enfant glisse les pieds pour éviter d’entraver le pédalage. Grâce à l’utilisation de roues de 20 pouces, son vélo n’est que 5 à 15 cm plus long qu’un cadre de vélo de ville. Au final, une solution stable et compacte (il rentre dans un ascenseur!) qui offre une grande maniabilité dans la circulation. Autre détail, il a aussi été pensé pour limiter l’entretien ou les pépins mécaniques, d’où le recours à un moyeu à vitesses (pas de dérailleur). En version électrique, le moteur est placé dans la roue avant. Bref, un vélo urbain bien pensé pour les familles nombreuses.

Ces articles pourraient également vous intéresser :

 

Suivez Vélosophe sur FacebookTwitter Instagram (et partagez)

Découvrez aussi mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity’ (frais de port offerts!)

Vélo pliant Fiiz du designer de produit allemand Tobias Kruschhausen

Vélo pliant Fiiz du designer de produit allemand Tobias Kruschhausen

Pas simple de trouver un vélo pliant, à la fois esthétique et pratique, aux dimensions d’un cadre de vélo classique avec des roues de 26”. Face à ce constat, le jeune diplômé en design de produit Tobias Kruschhausen a tenté de réinterpréter le vélo pliant. Plutôt que de ‘replier’ le cadre à l’aide de charnières, le concept Fiiz de notre vélosophe allemand scinde le cadre en deux parties qu’il suffit ensuite d’emboîter de manière ingénieuse. Si son mécanisme de pliage est astucieux et simple, la plus grande prouesse est probablement d’être parvenu à conserver la rigidité d’un cadre de vélo classique, tests en laboratoire à l’appui (avec la complicité de son père ingénieur). Agréable à la conduite, ce vélo urbain est démontable en une poignée de secondes et très maniable en mode replié. Pas étonnant qu’il ait remporté le prix du ‘best urban bike’ au salon du vélo Cyclingworld de Dusseldorf.

Découvrez aussi mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity’ (frais de port offerts!)

Suivez-vous déjà Vélosophe sur FacebookTwitter Instagram ?

Les acrobaties cyclistes sur le mur de la mort, ou tourbillon de la mort, étaient une attraction foraine populaire il y a près d'un siècle.

Les acrobaties cyclistes sur le mur de la mort, ou tourbillon de la mort, étaient une attraction foraine populaire il y a près d’un siècle.

En tant qu’amateur/amatrice de créativité autour du vélo, vous avez probablement déjà croisé ces photos vintage de murs de la mort. Le mur de la mort est une construction en bois aux allures de mini vélodrome circulaire d’un diamètre de quelques mètres. A l’origine, cette piste était utilisée par les fabricants de cadres de vélo pour tester leur matériel. Très vite, les forains ont exploité… la piste pour proposer des numéros d’acrobaties cyclistes. Sensations fortes garanties. Avec le temps, diverses variantes ont vu le jour, avec des pistes en bois verticales et même des sphères. « Des attractions extrêmement populaires sur les fêtes foraines il y a près d’un siècle », affirme Marc-André Elsig, auteur de longues recherches sur le sujet et propriétaire d’un magnifique musée du vélo en Suisse. Parfois rebaptisé en cercle de la mort ou en tourbillon de la mort, le mur n’usurpait pas son appellation tant les cyclistes devaient faire preuve de dextérité pour maîtriser la force centrifuge et vaincre les lois de l’équilibre. Des forains expliquent qu’il fallait plusieurs semaines d’entraînement avant d’envisager de rouler à la verticale et de s’arrêter sans dégâts, ni pour le vélo ni pour le cycliste. Voulant toujours offrir davantage de spectacle, les forains n’ont cessé d’accroître les risques, tantôt en multipliant le nombre de cyclistes sur la piste, tantôt en exposant les cyclistes à des animaux sauvages comme des fauves en cas de chute. Une surenchère qui a finalement vu le vélo disparaître au profit de la moto.

Vous possédez des photos de vélos sur des murs de la mort? N’hésitez pas à me contacter par mail :)

Envie de découvrir le musée du vélo de Marc-André Elsig? Cliquez sur la photo suivante pour découvrir quelques vélos originaux de sa collection surprenante

Vélo pour 10 personnes exposé au musée du vélo de Marc-André Elsig dans le Valais en Suisse.

Vélo pour 10 personnes exposé au musée du vélo de Marc-André Elsig dans le Valais en Suisse.

Suivez Vélosophe sur FacebookTwitter Instagram (et partagez)

 

Vélo chopper en bois de hêtre de Roerh Customs

Vélo chopper en bois de hêtre de Roerh Customs

Que feriez-vous si votre fils voulait apprendre à rouler à vélo ? L’Allemand Stefan Roehr, lui, a touché du bois. Au propre comme au figuré. Sans la moindre expérience mais avec beaucoup de patience, notre artiste multidisciplinaire lui a fabriqué une draisienne en bois. Un modèle au look retro qui a tellement plu à son fils et ses copains que les commandes ont afflué. Tout comme l’idée de se fabriquer son propre vélo en bois dans le même style chopper vintage. A l’occasion des 200 ans de la bicyclette, Stefan s’est lancé dans un tour d’Allemagne de 2500 km en traversant tous les états fédérés (Länders) avec sa bécane en hêtre pour démontrer que son vélo n’était pas qu’une belle sculpture de bois. Depuis, Roehr Customs en est déjà à son cinquième modèle en bois sur mesure et il ne devrait plus tarder à dévoiler un… vélo de course en bois. A suivre…

Suivez Vélosophe sur FacebookTwitter Instagram (et partagez)

Découvrez aussi mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity’ (frais de port offerts!)

Colin Furze et son bicycle of springs, un cadre de vélo à base de ressorts.

Colin Furze et son bicycle of springs, un cadre de vélo à base de ressorts.

Est-il possible de rouler à vélo avec un cadre fait de ressorts? Cette question hautement vélosophique a germé dans l’esprit de Colin Furze, un youtubeur bricoleur britannique connu pour la créativité de ses inventions loufoques. Alors que la plupart d’entre nous se seraient contenté d’une réponse par la négative, notre vélosophe a tout tenté pour relever le défi, rebondissant d’échec en échec pour trouver une solution qui, au final, ne manque pas de ressort. C’est que Colin n’est pas du genre à laisser tomber les bras au premier obstacle. Avec beaucoup d’humour et juste pour le fun d’un pari déjanté, il nous embarque dans son aventure à travers une vidéo qui vaut le détour (voir ci-dessous). Un coup de disqueuse à gauche, un point de soudure à droite, et voilà les trois tubes de son cadre en diamant remplacés par des ressorts. Comme le dit si bien l’auteur, « ce n’est pas nécessairement meilleur (qu’un vélo classique) », mais il m’a fait beaucoup rire et son ‘bicycle of springs’ méritait bien une place de choix sur ce blog. Merci pour ce grand moment de vélosophie, Colin!

Suivez Vélosophe sur FacebookTwitter Instagram (et partagez)

Découvrez aussi mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity’ (frais de port offerts!)