Archives de novembre, 2013

Il est des projets dont le simple nom met déjà l’eau à la bouche. Désolé toutefois pour les commandes, il fallait être à la Mad Bike Parade organisée fin septembre à Bruxelles par le Centre de la mode et du design MAD Brussels. Les organisateurs avaient convié des designers à créer des vélos design originaux et personnalisés. Parmi les créations customisées, ce vélo ‘bikebercue’ a rencontré un vif succès. Il a été fabriqué par une bande d’amis designers, coursiers et bricoleurs (de gauche à droite sur la photo) : Jean Baptiste Puchois (Hopop Studio), Antoine Hotermans (Mcfly Custom), Bernard Prestat (UNIK bikes), François Roland (HushRush) et Thomas Warren (Hopop Studio). Combien de cyclotouristes n’ont pas salivé à l’idée de dévorer les kilomètres sans jamais craindre la fringale? Avouez que la parade est originale, non ?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vélo bikebercue customisé par Jean Baptiste Puchois (Hopop Studio), Antoine Hotermans (Mcfly Custom), Bernard Prestat (UNIK bikes), François Roland (HushRush) et Thomas Warren pour la MAD Bike Parade de Bruxelles.

Vélo bikebercue customisé par Jean Baptiste Puchois (Hopop Studio), Antoine Hotermans (Mcfly Custom), Bernard Prestat (UNIK bikes), François Roland (HushRush) et Thomas Warren pour la MAD Bike Parade de Bruxelles.

Musicien, peintre, écrivain, l’artiste italien Roberto Sironi a vu sa vie changer radicalement après une rencontre un peu forcée avec… un vélo. Pour combattre des problèmes de santé, il n’a eu d’autre choix que de se mettre au vélo d’appartement. 8000 km plus tard, son instrument de bien-être (sic) est devenu son seul mode de transport. Fasciné par le deux-roues, l’artiste associe ses capacités artistiques à l’ingéniosité du vélo et lance le projet ‘Un artista in bicicletta’ (un artiste à vélo) sur la culture mobile et les arts durables. Avec sa compagne française, la violoniste Elizabeth Boudjema, il crée un concert (‘Tandem concert’), propose des expositions de peinture et écrit et met en scène une pièce de théâtre (‘Couleurs sur deux roues’). Pour lui, le vélo est bien plus qu’une solution de transport écologique, il s’agit d’un moyen de locomotion culturelle et artistique qui peut générer un autre moyen de penser le futur et de créer le ‘mouvement’. Convaincu que le vélo est l’avenir, il invite les artistes à participer à ce nouveau processus et à exploiter toutes les possibilités offertes par l’art et la culture pour faire passer le message. Dans ses peintures, tout est également mouvement. Il appelle d’ailleurs ses tableaux des ‘mouvements immobiles’, des fenêtres ouvertes sur le monde où chacun peut voir ce qu’il désire le plus. « Il est difficile de dire si ma manière de peindre influence ma façon d’écrire ou l’inverse. L’important, c’est que ces deux modes aillent dans la même direction, comme le font les roues d’un vélo », explique le vélosophe italien. Un conseil? Allez vite découvrir ses petites histoires vélosophiques humoristiques sur son blog. Un vrai régal!

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pourquoi tant de cyclistes préfèrent-ils le sac à dos aux sacoches de vélo? Alors que finalement les sacs à dos sont souvent peu confortables dans la circulation et font davantage transpirer. Intrigué par la question, David Hotard, un étudiant en design industriel au Georgia Institute of Technology (Atlanta, Etats-Unis) a mené son enquête avec ses amis Matthew Campbell et Edwin Collier. Selon eux, il existe des solutions sur le marché, mais le choix de sacoches est relativement limité et les modèles proposés ne répondraient pas toujours aux attentes. Partant de ce constat, les étudiants ont analysé la manière dont les sacs étaient transportés dans les autres modes de transport (voiture, avion, …) pour tenter de transposer l’approche à un vélo. Sur un vélo, trois zones se prêtent au transport de sacs/sacoches : la selle, le guidon et les roues. Après avoir envisagé diverses options aux travers d’esquisses, le vélosophe américain a exploré l’idée des roues sans moyeu. Il suffisait d’y penser. En abandonnant les rayons traditionnels, il a pu exploiter le volume intérieur de la roue avant du vélo et ainsi intégrer directement le concept de la sacoche dans la roue. Une solution 2 en 1 pratique qui peut facilement accueillir un sac à dos. Rayon avantages, vous ne devez plus craindre le vol des sacoches laissées sur le vélo, et la coque rigide protège davantage le contenu. Et pour ne rien gâcher, son vélo TranSport, parrainé par la marque Sram, affiche un design racé qui a fière allure. Bref, une roue pleine… de créativité.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.