Archives de juin, 2014

En Belgique, la taxe provinciale sur les vélocipèdes a été introduite en 1893. En contrepartie du paiement de cette taxe annuelle, vous receviez une plaque de vélo métallique à apposer sur votre vélo. Les premières années, chaque province émettait des plaques différentes. Vers le début du 20e siècle, les neuf provinces ont adopté un consensus en émettant des plaques aux formes et couleurs identiques. La multiplication des modèles au fil des ans a naturellement attiré les collectionneurs, comme Luc Vinois. C’est enfant, en visitant un musée du cycle avec son papa passionné d’automobile, que le Bruxellois a découvert la richesse du patrimoine des plaques de vélo. « J’ai surtout été attiré par la variété des formes et la palettes des couleurs », explique-t-il au vélosophe. »Ce n’est pas du grand graphisme, mais on observe tout de même une certaine créativité dans la volonté de différencier les plaques d’année en année, au-delà de la couleur ». Si certains n’y verront que des plaques sans valeur, d’autres s’émerveilleront des petites histoires et anecdotes qui ont émaillé ce chapitre coloré de l’histoire du vélo. En parlant d’émailler, saviez-vous par exemple que c’est à la fin des années ’30 que les plaques en émail ont fait place aux modèles en fer? Ou encore qu’il existait des versions différentes pour les loueurs de cuistax, les tandems, les vélos d’enfant et même les coureurs à vélo dans certaines provinces? Pour Luc, ces plaques évoquent avant tout la nostalgie d’une époque où le vélo était le mode de déplacement par excellence avant la démocratisation de l’automobile. Il suffit d’observer le numéro de certaines plaques pour prendre conscience de l’importance jouée par le vélo dans le quotidien de nos parents ou grands-parents. Si le sujet vous intéresse et que vous ne voulez pas être… à côté de la plaque, allez jeter un œil sur le site de Francoplaque.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Saviez-vous qu’à vélo ce n’est pas la vue mais bien l’ouïe qui est le premier sens pris en compte au moment d’envisager un changement de direction? Imaginez-vous dès lors l’enfer de rouler à vélo dans la circulation en étant privé de l’audition. Et les risques encourus par les cyclistes sourds. Pour contrer cette perte sensorielle, le designer taiwanais Yi-Sin Huang a eu l’excellente idée de concevoir un vélo qui aide les sourds à percevoir les bruits environnants. Doté de capteurs, le vélo relaie les informations sonores à l’aide de signaux lumineux. Ces capteurs alimentés par une batterie électrique détectent la position et la vitesse des objets situés dans un rayon de 10 mètres derrière le vélo durant la conduite. Les données sont transmises à un processeur qui prédit le mouvement des objets détectés et alerte le cycliste des dangers potentiels avec 3 sources lumineuses. Bref, comme le dit le designer, le Silence est un vélo avec un organe sensoriel. Cette belle invention en matière de sécurité routière a valu au vélosophe taiwanais une médaille de bronze au concours de design A’ Design Award 2013-2014 dans la catégorie véhicule, mobilité et transport.

Vous êtes amateur de design vélo? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Le vélo électrique Silence du designer taiwanais Yi-Sin Huang aide les sourds à percevoir les bruits environnants à l'aide de signaux lumineux.

Le vélo électrique Silence du designer taiwanais Yi-Sin Huang aide les sourds à percevoir les bruits environnants à l’aide de signaux lumineux.

 

 

Il n’y a rien de plus ennuyant que de vendre des assurances vélo. C’est pourquoi Yannick Read, responsable communication de l’assureur londonien ETA, a joint l’utile à l’agréable : il crée des vélos fous, certes, mais avec un message. « C’est beaucoup plus fun pour engager la conversation sur nos produits », déclare-t-il. ‘The Hornster’ est déjà sa septième création. Celle-ci entend attirer l’attention des politiques sur les dangers, notamment sonores, auxquels les cyclistes sont exposés quotidiennement dans la circulation au milieu des camions. Equipé d’un klaxon récupéré d’une locomotive américaine, le vélo peut produire 178 décibels. Juste pour dissuader les automobilistes de s’aventurer trop près du cycliste. A bon entendeur…

Cet article du vélosophe est également paru dans le magazine canadien Vélo Mag. Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vélo 'The Hornster’ inventé par Yannick Read, responsable communication de l’assureur londonien ETA.

Vélo ‘The Hornster’ inventé par Yannick Read, responsable communication de l’assureur londonien ETA.

 

Etudiant en génie mécanique au Canada, Patrick Simard est aussi un amateur de vélo de montagne (VTT). Au moment de choisir son projet final d’études, sa passion a pris le dessus et l’étudiant s’est lancé dans la conception d’un vélo à 3 roues (trike). Son cégep (collège d’enseignement général et professionnel) avait déjà tenté la même aventure avec d’autres étudiants il y a quelques années. Fort de cette expérience, le professeur a initié une rencontre avec le designer industriel Michel Dallaire (inventeur du Bixi, le vélo en libre circulation introduit à Melbourne, New York, Londres, …) et modifié le challenge pour arriver à un résultat plus abouti et fonctionnel. Cette fois, plus question de travailler en aluminium, Patrick devait réaliser un châssis de vélo avec un tube unique et le moins de soudures possibles. Par ailleurs, le vélo devait être ergonomique et ajustable. « Dans le domaine des vélos à 3 roues, rares sont les fabricants à travailler avec 3 roues suspendues », explique le futur ingénieur. « La plupart du temps, il n’y a qu’une suspension arrière. Pour accroître le confort et les sensations de conduite, nous avons développé une suspension à l’avant. La réalisation de cette suspension avant, à combiner avec le système de direction, a été un sacré défi car nous avons dû prendre en compte la déformation qu’allait engendrer le travail des amortisseurs ». A ce jour, quelques détails doivent encore être peaufinés, mais le vélosophe canadien nous apprend qu’une production de 15 vélos full suspension est envisagée. L’école compte aussi utiliser ce vélo pour attirer davantage d’étudiants dans le programme de génie mécanique. Croisons les doigts pour que ce projet scolaire devienne un cas d’école!

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.