Archives de juillet, 2015

La vélorution universelle est un mouvement urbain qui prône une mobilité non polluante et revendique une place plus importante pour le vélo en ville. « Nous luttons contre la privatisation de l’espace public par la voiture et souhaitons rendre nos villes plus conviviales, notamment par l’aménagement de davantage de sites propres pour les vélos », explique un vélorutionnaire. Depuis 2010, les vélorutionnaires organisent chaque année un grand rassemblement début juillet. Après Paris, Concarneau, Marseille et Grenoble, l’événement vient de se tenir à Bruxelles. Quatre jours de rencontres animées, avec entre autres des joutes vélo, des visites d’ateliers vélo alternatifs, des masses critiques, une projection de film, … « Avec une bonne dizaine d’habitués de l’événement, nous avions porté la candidature de Bruxelles l’an dernier à Grenoble. Toute l’équipe de bénévoles a fourni un travail formidable avec le soutien des réseaux des ateliers vélo », déclare Réginald de Potesta de Waleffe. « Nous ne pouvons que nous réjouir d’être parvenus à rassembler plus de 1000 cyclistes, dont environ 200 venus de l’étranger, pour la grande parade à vélo dans les rues de Bruxelles. Une belle réussite qui aura aussi permis de fédérer les différents réseaux et de favoriser les rencontres au sein de la communauté cycliste dans la capitale. De bon augure pour l’avenir. » Rayon créativité aussi, les amateurs de vélos originaux ont été servis. Pas de vélorution sans vélos sono et tall bikes, cela fait partie de l’ADN de l’événement. Découvrez les photos de la grande parade de la vélorution universelle à Bruxelles sur la page Facebook de Vélosophe. Pour les amateurs, l’édition 2016 se tiendra à Toulouse.

Les tall bikes font partie du paysage de la grande parade à vélo de la vélorution universelle.

Les tall bikes font partie du paysage de la grande parade à vélo de la vélorution universelle.

 

Les cyclistes amateurs de Jurassic Park vont adorer! Votre dévoué vélosophe a découvert une nouvelle espèce de dinosaure lors de fouilles archéologiques sur le web : un Tyrannosaurus Rex sur roues. Selon son fabricant, un ingénieur américain de Portland (Oregon) qui aime bricoler des vélos, il s’agirait du seul squelette de dinosaure réanimé par les mystères de la technologie. On aurait pu s’attendre à un vélociraptor, mais l’homme est probablement tombé sur un os. En tout cas, du haut de ses 2,5 m, l’art bike ‘Sue’ ne passe pas inaperçu lors des parades à vélo. Fidèlement reproduit en termes de proportions, le vélo-dino est aussi articulé : il peut en effet tourner la tête et ouvrir la mâchoire. Malgré les nombreux mois de travail engloutis dans la construction de ce trike original, son père spirituel qui ne cherche pas la célébrité a décidé de le mettre en vente. Nul ne sait si Steven Spielberg est déjà sur le coup. Quoi qu’il en soit, le budget de 2000 $ reste raisonnable si le dino-boulot-dodo vous tente…

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vélo trike en forme de squelette de dinosaure. Les plus perspicaces auront reconnu le Tyrannosaurus Rex.

Vélo trike en forme de squelette de dinosaure. Les plus perspicaces auront reconnu le Tyrannosaurus Rex.

Au Tour de France, les artistes ne sont pas uniquement à vélo. A divers endroits le long du parcours, des peintres ont réalisé des fresques murales sur le thème du vélo en vue de la Grande Boucle 2015. A Utrecht, par exemple, l’initiative ‘Tour des Arts’ a encouragé des artistes locaux à faire preuve de créativité pour transformer des pignons de façades en oeuvres vélosophiques. L’illustrateur Daniel Roozendaal a ainsi croqué les portraits des deux champions néerlandais Joop Zoetemelk et Jan Janssen. Ailleurs dans la ville, trois autres peintures murales ont vu le jour dans le cadre de ‘Painting the walls‘, avec la collaboration des étudiants de l’institut Nimeto Utrecht. Lotte van Laatum s’est inspirée de photos de 17 riverains à vélo pour son ‘Peloton’ mural. Le designer Menno Anker, de son côté, a rendu hommage au style de l’architecte et designer Gerrit Rietveld dans sa peinture ‘Rietvelo’. Enfin, la troisième oeuvre, signée par le studio d’animation Job, Joris & Marieke, est un clin d’oeil au jardin Tivoli. En France, à Saint-Méen-le-Grand (Bretagne), une peinture ‘L’échappée belle’ orne désormais un château d’eau.

Connaissez-vous d’autres peintures murales créées à l’occasion du passage du Tour de France 2015? Envoyez-moi les infos via info@velosophe.be

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe

Ce diaporama nécessite JavaScript.