Archives de novembre, 2016

Pour Tyler Hadzicki et son père ingénieur, le but était simplement de s’amuser avec un vélo fun. A force d’expérimenter avec un siège, un guidon, des pédales et trois roues, les vélosophes californiens ont breveté un trike original. A première vue, leur invention se pilote comme un vélo couché classique. A première vue uniquement, car le père et le fils ont eu la brillante idée d’aménager deux poignées permettant de bloquer les petites roues arrière (dignes d’un chariot de supermarché). Grâce à cette astuce, le vélo peut se transformer à tout moment en savonnette capable des pires pirouettes. Pas étonnant dès lors que le projet Onda Cycle ait récolté un tel succès (à faire tourner la tête, diront certains) sur le site de financement participatif Kickstarter il y a quelques années. Depuis, la production tourne à plein régime sous le label Leaux Racing Trike. Alors, on va faire un tour?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Découvrez mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ sur www.velosophe.be/livre :)

Lancé sous le nom d'Onda Cycle, ce vélo couché fun de Tyler Hadzicki et son père est désormais commercialisé sous le nom de Leaux Racing Trike.

Lancé sous le nom d’Onda Cycle, ce vélo couché fun de Tyler Hadzicki et son père est désormais commercialisé sous le nom de Leaux Racing Trike.

 

Les équipes cyclistes professionnelles sont lancées dans une course surprenante aux innovations. Rivalisant de créativité, elles multiplient les partenariats de recherche pour gagner ces précieuses secondes synonymes de podiums. Début 2015, l’équipe cycliste professionnelle allemande Team Giant-Alpecin a par exemple conclu une collaboration avec le Sports Engineering Institute de l’Université technologique de Delft (Pays-Bas). Convaincus du potentiel de l’application du savoir scientifique dans la pratique des sports d’élite, et notamment le cyclisme, les deux partenaires ont mené un projet inédit basé sur l’aérodynamisme. Plutôt que de demander à leur spécialiste du contre-la-montre Tom Dumoulin de passer des heures en soufflerie pour améliorer la résistance à l’air de son maillot, les scientifiques ont proposé de réaliser un clone du cycliste en impression 3D. Grâce à un ingénieux système de scan composé de 150 prises de vue simultanées (de l’entreprise th3rd), les chercheurs vélosophes sont parvenus à fabriquer un mannequin grandeur nature de Tom Dumoulin en position de course. Ce modèle obtenu par l’assemblage de 8 pièces a ainsi permis de gagner énormément de temps (plus besoin de tenir compte de l’agenda du coureur) et d’efficacité (mesures plus précises car un coureur bouge naturellement plus qu’un mannequin) pour identifier les matières les plus adaptées à chaque  partie du corps pour un aérodynamisme optimal. Il est en effet faux de penser qu’un tissu plus lisse est forcément meilleur. Le maillot finalement utilisé par les coureurs combine différentes structures et textures tenant compte de la résistance au frottement et à la pression. Parallèlement à ce projet, l’université et le management de l’équipe ProTour travaillent aussi à trois autres chantiers que sont l’amélioration des performances des coureurs en descente via un sensorbike, l’analyse scientifique des données d’entraînement et l’optimisation de la distribution de la puissance de pédalage pour choisir le matériel idéal pour chacun. A suivre (mais ce sera de plus en plus difficile dans le peloton).

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Avez-vous déjà ajouté mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ à votre liste de cadeaux pour les fêtes de fin d’année? Plus d’infos sur www.velosophe.be/livre :)

Mannequin de Tom Dumoulin obtenu par impression 3D. Projet de collaboration entre TUDelft et l'équipe cycliste professionnelle Team Giant-Alpecin (photo : Cees Vos | Team Giant-Alpecin)

Mannequin de Tom Dumoulin obtenu par impression 3D. Projet de collaboration entre TUDelft et l’équipe cycliste professionnelle Team Giant-Alpecin (photo : Cees Vos | Team Giant-Alpecin)

Depuis quelques années, l’architecte belge Pierre Lallemand multiplie les prototypes de vélos pour le moins particuliers. A mi-chemin entre vélo et objet d’art, ses créations rompent clairement avec les standards du genre. Tout est parti d’expérimentations sur le balsa, un bois très léger. L’architecte-designer s’intéressait à ses possibilités structurelles et a exploré le matériau à travers des formes de cadre de vélo innovantes. Les (nombreux) essais intuitifs ont débouché sur un modèle qui tenait la route, ce qui a donné l’idée à notre vélosophe de fabriquer sa ‘voiture de rêve du monde des deux roues’ en carbone et en bois. La version en carbone de l’Ecce Opus vient de voir le jour avec l’aide des ingénieurs du fabricant de vélos belge Ridley tandis que la version en bois est actuellement en voie de finalisation chez Axalko, un spécialiste espagnol des vélos en bois. Eccelent, non ?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre -> il ne vous reste plus qu’à l’ajouter à votre liste de cadeaux pour les fêtes de fin d’année :)

Vélo en carbone au cadre original du designer belge Pierre Lallemand de Ecce Cycles.

Vélo en carbone au cadre original du designer belge Pierre Lallemand de Ecce Cycles.

La brasserie américaine New Belgium a invité douze artistes à customiser un vélo de Detroit Bikes dans le cadre d’un concours d’art sur vélo. Alors que la plupart des artistes ont exprimé leur créativité en peignant le cadre, Brinkley Messick est allé plus loin dans la démarche en combinant peinture sur cadre et sacoches en cuir sur mesure. Bien qu’adepte de la récupération et du recyclage, le lauréat du concours a adopté le cuir comme support artistique dans le prolongement du cadre. Les différentes décorations rendent hommage aux paysages western du Colorado et de sa Caroline natale. Rien de bien étonnant puisque Brinkley oeuvre aussi à la préservation des espaces naturels. Il a d’ailleurs choisi de remettre le chèque de 5000$ du concours à une association active dans ce domaine. Pour le cadre, l’artiste a misé sur le contraste entre les décorations à la peinture et le cadre à l’état brut. Le cadre nu souligne, selon l’artiste, le lien avec l’histoire de Detroit. Les curieux peuvent découvrir les vélos des 12 artistes sur le site de la New Belgium’s Art Bike Competition.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ (avec un chapitre complet sur les projets vélo de 21 constructeurs automobiles !) est disponible via www.velosophe.be/livre

Vélo customisé sur le thème des grands espaces du western américain.

Vélo customisé sur le thème des grands espaces du western américain.

Ce diaporama nécessite JavaScript.