Archives de la catégorie ‘invention’

Après 30 ans sans accident, Yvan Forclaz tourne le dos à la moto. Mais pas pour autant aux deux-roues. L’ancien motard s’est en effet mis en tête de confectionner un vélo électrique confortable à piloter avec un joystick. Rien que ça. Et tout en récupération, hormis le moteur et les freins. Matériel de base : un vélo d’enfant, un vieux VTT, une chaise en bois, une poignée de mitigeur, une cornière métallique d’étagère, quelques autres bricoles et… un joystick. Au grand étonnement de notre vélosophe suisse, son Joystick Bike est qualifié d’invention. Yvan fait breveter le concept, qui lui vaut d’ailleurs un prix au salon des inventions de Genève. Malheureusement, malgré divers contacts, aucun industriel ne lui emboîte le pas. »Il est difficile de commercialiser un vélo que personne ne peut piloter », m’explique Yvan. « Le mode de pilotage va à l’encontre de tout ce que notre cerveau a appris depuis que nous sommes petits. Il faut environ 1h30 d’apprentissage avant d’envisager quelques tours de pédale consécutifs sans mettre pied à terre » (pour l’avoir testé, ce n’est pas une vaine parole). N’ayant pas les moyens de prolonger la protection du brevet plusieurs années, l’inventeur fait volte-face : il renonce à la commercialisation de son concept et le propose en open source. Désormais, son nouvel objectif est de créer une communauté d’adeptes du Joystick Bike et de donner envie à un maximum de personnes de fabriquer un vélo couché électrique avec joystick. Ca vous dit? Un petit mail à Yvan (en lui signalant que vous venez de ma part) et il vous envoie les plans.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Si le vélo est de plus en plus présent dans notre culture, il fait désormais aussi son entrée dans l’agriculture. Avez-vous déjà entendu parler de l’Aggrozouk? Il s’agit du nom un brin plus poétique du bicitractor. Contrairement à ce que pourrait laisser entendre le bicitractor, cette machine à pédales à assistance électrique n’est pas véritablement un tracteur mais bien un porte-outil polyvalent pour travaux agricoles de surface. L’idée est née au Mexique il y a quelques années lors d’une discussion entre des membres de Farming Soul (association de promotion et développement de bicimachines) et des maraîchers locaux. En guise de boutade, un des protagonistes lance qu’il serait amusant de fabriquer un tel engin à pédales, qui présenterait par ailleurs un réel potentiel pour le maraîchage. L’idée a… germé quelques années avant de prendre forme il y a environ un an en Californie. Un premier prototype très rudimentaire est réalisé avec la collaboration de l’atelier de vélo communautaire Bikes Del Pueblo (San Diego). Quelques mois plus tard, une nouvelle version est bricolée dans le Lubéron, puis au POC 21 (un accélérateur de solutions durables et open sources). Il y a quelques jours, les initiateurs sont passés à la vitesse supérieure. Avec l’aide de l’Atelier Paysan (coopérative d’autoconstruction de matériel agricole), ils ont dispensé une formation à quelques maraîchers pour fabriquer 4 nouveaux modèles de l’Aggrozouk. L’objectif est à présent de tester ces machines durant une saison pour les valider par l’usage. D’éventuelles améliorations seront ensuite apportées avant de libérer les plans, car tous ces travaux sont menés en open source. « Les principaux défis ont été de concevoir un modèle à la fois léger, solide et suffisamment puissant avec et sans assistance électrique. La résistance des fourches avant a été un autre casse-tête », m’explique un responsable vélosophe dans l’âme. « Notre volonté est d’arriver à une fabrication la plus aisément reproductible à grande échelle et à moindre coût ». A suivre…

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ni le vélo classique, ni le vélo couché ne lui procuraient suffisamment de confort en position assise. Après de longues heures de cogitation, l’ingénieur allemand Christoph Lenz a eu l’idée de ramener le pédalier sur la roue avant. Satisfait de la position plus décontractée que lui offrait cette configuration, il a ensuite tenté d’améliorer le rendement du pédalage. Ce n’est pas un secret, un pédalier circulaire classique offre en effet un couple variable et pulsé pour un effort constant. Mais comment donc tendre vers un couple constant pour un effort constant? Pour notre vélosophe, la solution passait par un système de pédalage linéaire. Sur son vélo Maynoothbike (du nom du village irlandais où il coule des jours heureux), les pédales se poussent donc en ligne droite. Pour l’avoir testé, le résultat est surprenant et la conduite ma foi agréable. Vous avez envie de le tester et êtes plutôt bricoleur? Bonne nouvelle, Christoph Lenz a édité une petite brochure dans laquelle il explique comment fabriquer son Maynoothbike, plans à l’appui (en anglais ou allemand).

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

N’y a-t-il pas plus efficace que la chaîne comme système de transmission pour un vélo ? Et plus simple à entretenir ? Et moins salissant ? A peu de choses près, telles étaient les questions qui ont animé un groupe d’étudiants de l’université technique de Budapest (Hongrie) à inventer le Stringbike. Ce système breveté remplace la chaîne et le dérailleur classiques par une transmission ingénieuse à corde ! Parmi les avantages du système : impossible de dérailler, remplacement rapide du pneu arrière sans se salir les mains, changement de corde sans outil (longévité de la corde d’environ 2000 km), transport aisé du vélo sans la roue arrière sans risque d’endommagement du dérailleur. Et pour couronner le tout, le pédalier offre un rendement supérieur en éliminant les points morts entre les phases de poussée des pédales. Bref, il tient la corde !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Petite démonstration du système Stringbike en vidéo :

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe

Vous recherchez un vélo pliable qui ne prend pratiquement pas de place? Il sera difficile de battre le FUBi. Ce vélo ingénieux est l’invention du Finlandais Ulf Laxström. En réalité, notre vélosophe en avait marre de se faire voler son vélo. Alors que la plupart des gens dans son cas auraient investi dans un bon cadenas ou, pour les plus créatifs, inventé un super antivol pour vélo, notre Ulf a inventé… un vélo pliant le plus compact possible pour pouvoir l’emmener partout avec lui. Tout est question de point de vue. Mais pas question pour autant de renoncer à un vélo de course de taille standard. Après 10 années de recherche, Ulf a trouvé le moyen de réduire le volume du cadre replié à son strict minimum. Le système breveté permet de plier et déplier le vélo sans outils et est même proposé en configuration tandem. Découvrez la vidéo d’Ulf Laxström en train de replier son vélo FUBi.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Hand Assisted Bike est, comme son nom l’indique, un vélo actionné par la force conjointe des jambes et des bras. L’avantage de ce type de vélo est qu’il fait travailler beaucoup plus de muscles dans l’ensemble du corps tout en optimisant le rendement du cycle de pédalage. A la différence de nombreux modèles à assistance des bras, le prototype de l’Allemand Markus Bauer ne nécessite pas de déplacer la position des mains pour changer de vitesse, freiner ou diriger le vélo. Toutes les fonctions classiques du pilotage sont en effet intégrées aux poignées, ce qui accroît la sécurité dans la circulation. Breveté, le système des deux leviers du guidon directement reliés aux pédales vise essentiellement le marché du fitness. Son concepteur espère à présent conduire le projet vers une commercialisation. Un amateur pour un… coup de main?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Démonstration en vidéo :

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Le grand-bi est un vélo fascinant qui inspire régulièrement les artistes. Vélosophe de son état, l’Américain Ron Schroer a fabriqué un grand-bi entièrement en bois. Au-delà du travail sur le matériau qu’il affectionne particulièrement, le bricoleur a avant tout cherché à faire danser son vélo. Non pas en roulant en danseuse, mais plutôt en faisant marcher son vélo (et son imagination). L’idée? Remplacer la petite roue arrière du grand-bi par un mécanisme articulé qui donnerait l’impression que le vélo marche. Notre homme avait été impressionné par la créativité de l’oeuvre ‘strandbeest‘ (‘bête de plage’) de l’artiste néerlandais Theo Jansen et s’est donc inspiré du concept pour le décliner en une version actionnée par le pédalage. En dotant le bout des ‘pattes’ de petites roulettes, le vélo pouvait se mouvoir aisément avec beaucoup de poésie. En avant comme en arrière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Découvrez la vidéo du ‘Boneshaker Big Wheel’ de Ron Schroer.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.