Archives de la catégorie ‘projet’

Remorque de vélo ambulance de brousse développée par Guy Dellicour.

Remorque de vélo ambulance de brousse développée par Guy Dellicour.

Prenez deux moitiés de cadre de VTT, un poste de soudure, quelques vieilles chambres à air de vélo et vous avez pratiquement tous les ingrédients de cette remorque ambulance de brousse. « Rien de bien compliqué pour un bricoleur » m’explique Guy Dellicour, architecte belge à la retraite. C’est d’ailleurs l’idée première de ce projet : un concept simple et abordable basé sur des matériaux recyclés que l’on trouve facilement en Afrique. Notre vélosophe entend en effet initier des ateliers de soudure au Tchad pour permettre au plus grand nombre d’exploiter le concept. C’est un ami ingénieur qui lui avait soufflé la piste des chambres à air de vélo comme suspension. De l’avis du développeur, le confort du prototype est incomparable avec les modèles existants sans suspension. Avec l’aide de l’ONG Ingénieurs sans frontières, notre homme espère à présent optimiser le prototype pour ensuite publier un mode d’emploi en open source. L’étape suivante serait de développer une version avec un cadre de civière en bambou. L’ONG Médecins du monde serait également intéressée par le potentiel de l’ambulance de brousse à vélo, qui présente en outre l’avantage de la modularité car elle peut être transformée aisément pour le transport de marchandises. A suivre…

La créativité et le vélo vous intéressent? Suivez Vélosophe sur FacebookTwitter & même Instagram (depuis peu). A la recherche d’un cadeau original pour les fêtes? Peu importe votre adresse, je vous offre les frais de port pour mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity’

Publicités
Joules est un robot humanoïde créé par Carl Morgan comme moteur électrique sur un tandem.

Joules est un robot humanoïde créé par Carl Morgan comme moteur électrique sur un tandem.

Je vous l’accorde, on a déjà vu plus discret comme dopage mécanique. Mais rassurez-vous, Joules n’a aucune ambition d’intégrer les pelotons cyclistes. Ce robot électrique est né d’un pari entre un père et son fils cycliste de haut niveau. Lors d’une discussion sur les joies du tandem (et le mythe du partenaire qui ne pédale pas), le fils lance à son père : « Je parie que tu n’arriverais pas à fabriquer un robot humanoïde qui puisse pédaler à ta place pour gravir cette montagne avec toi sur le tandem ! » Il n’en fallait pas tant pour booster Carl Morgan. Quelques mois plus tard, Joules voyait le jour. Au plus grand bonheur des enfants du quartier. Et c’est peut-être là le principal message de notre vélosophe bricoleur. Au-delà de la prouesse technique de ce tandem électrique à la silhouette bien sympathique, Carl a voulu sensibiliser les plus jeunes aux plaisirs de l’ingénierie. Vous avez dit… moteur de l’imagination ?

Vous vous souvenez peut-être du tandem de Frédéric Van Beneden avec ses pantins articulés en bois puis en Lego? Cette vidéo de Joules devrait également vous plaire

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Et si vous en voulez encore plus, explorez www.twitter.com/be_velosophe (contenu différent de la page Facebook)

Les équipes cyclistes professionnelles sont lancées dans une course surprenante aux innovations. Rivalisant de créativité, elles multiplient les partenariats de recherche pour gagner ces précieuses secondes synonymes de podiums. Début 2015, l’équipe cycliste professionnelle allemande Team Giant-Alpecin a par exemple conclu une collaboration avec le Sports Engineering Institute de l’Université technologique de Delft (Pays-Bas). Convaincus du potentiel de l’application du savoir scientifique dans la pratique des sports d’élite, et notamment le cyclisme, les deux partenaires ont mené un projet inédit basé sur l’aérodynamisme. Plutôt que de demander à leur spécialiste du contre-la-montre Tom Dumoulin de passer des heures en soufflerie pour améliorer la résistance à l’air de son maillot, les scientifiques ont proposé de réaliser un clone du cycliste en impression 3D. Grâce à un ingénieux système de scan composé de 150 prises de vue simultanées (de l’entreprise th3rd), les chercheurs vélosophes sont parvenus à fabriquer un mannequin grandeur nature de Tom Dumoulin en position de course. Ce modèle obtenu par l’assemblage de 8 pièces a ainsi permis de gagner énormément de temps (plus besoin de tenir compte de l’agenda du coureur) et d’efficacité (mesures plus précises car un coureur bouge naturellement plus qu’un mannequin) pour identifier les matières les plus adaptées à chaque  partie du corps pour un aérodynamisme optimal. Il est en effet faux de penser qu’un tissu plus lisse est forcément meilleur. Le maillot finalement utilisé par les coureurs combine différentes structures et textures tenant compte de la résistance au frottement et à la pression. Parallèlement à ce projet, l’université et le management de l’équipe ProTour travaillent aussi à trois autres chantiers que sont l’amélioration des performances des coureurs en descente via un sensorbike, l’analyse scientifique des données d’entraînement et l’optimisation de la distribution de la puissance de pédalage pour choisir le matériel idéal pour chacun. A suivre (mais ce sera de plus en plus difficile dans le peloton).

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Avez-vous déjà ajouté mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ à votre liste de cadeaux pour les fêtes de fin d’année? Plus d’infos sur www.velosophe.be/livre :)

Mannequin de Tom Dumoulin obtenu par impression 3D. Projet de collaboration entre TUDelft et l'équipe cycliste professionnelle Team Giant-Alpecin (photo : Cees Vos | Team Giant-Alpecin)

Mannequin de Tom Dumoulin obtenu par impression 3D. Projet de collaboration entre TUDelft et l’équipe cycliste professionnelle Team Giant-Alpecin (photo : Cees Vos | Team Giant-Alpecin)

Au début des années 80, Luc Geiser entreprend de construire un dirigeable à pédales pour traverser la Manche. Malheureusement, le jeune aventurier décède dans un accident de plongée avant la tentative de l’exploit. Vingt ans plus tard, Stéphane Rousson rêve d’un projet similaire. Durant ses recherches, il découvre l’aérostat à propulsion musculaire de Luc. Stéphane le rachète, le remet en état et le modifie. En 2016, une chaîne de télévision britannique lui propose de relever le défi de traverser la Manche avec une star anglaise pour les besoins d’une émission. Il reconstruit une nouvelle nacelle avec des hélices plus performantes. Le ballon à propulsion humaine Zeppy est constitué d’une base de vélo dont le guidon est doté de deux grands bras indépendants reliés à des hélices. En une génération, le bond technologique est tel (aérodynamisme, profils d’hélices, roulements des renvois d’angle, …) que le vélo dirigeable passe de 5 à 13 noeuds. Si les médias sont sans cesse en quête de performances et d’exploits, notre vélosophe volant me confie que c’est avant tout le plaisir de voler à la propulsion musculaire qui le grise. « Vu la spécificité des conditions météorologiques requises pour naviguer, le dirigeable à pédales n’a aucun avenir en termes de transport », dit-il. « Les performances pourraient encore être améliorées mais mes aventures en Zeppy ne sont qu’un exercice de style pour comprendre la logique de la faible puissance et tenter de l’appliquer à d’autres technologies. Les gens imaginent qu’il suffit de pédaler pour avancer mais, contrairement aux apparences, il est extrêmement complexe de piloter un tel ballon, surtout lorsque le vent n’est pas favorable ». Pour l’heure, notre cycliste de haut vol est à la recherche de partenaires financiers pour relancer un projet d’envergure. A bon entendeur…

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Stéphane Rousson à bord de son premier Zeppy utilisé pour la traversée de la Manche.

Stéphane Rousson à bord de son premier Zeppy utilisé pour la traversée de la Manche.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Vous souvenez-vous du vélo entièrement en bois Splinterbike ? Ce vélo a fait école. L’an dernier, un professeur de technique bois bruxellois s’était inspiré du projet britannique pour réaliser un vélo 100% bois similaire avec ses élèves, avec un record de l’heure à la clé. Un an plus tard, le vélo de Michael Thompson a encore fait des émules. Cette fois, en poussant le vice jusqu’à remplacer la propulsion par engranage par une chaîne de vélo en bois ! L’idée est venue de Tom Rydant, directeur de l’école secondaire GO! KTA Dendermonde, suite à un reportage télévisé sur le Splinterbike. Convaincu du potentiel pédagogique d’un tel projet, notre homme et le responsable de sa section bois (Tim Haemelinck) se lancent dans l’aventure. Le projet est néanmoins complexe. Pour relever le défi technique, l’école secondaire s’allie avec la section technologie bois de la haute école gantoise HoGent. Son responsable Paul Delcour est séduit sur-le-champ. Divers workshops et échanges sont organisés entre les deux écoles et deux bacheliers (Jonas De Brauwer et Dylan Liedts) s’emparent du projet comme travail de fin d’étude. Le volet le plus ambitieux du projet a sans aucun doute été la fabrication de la chaîne en bois. Les maillons ont fait l’objet de recherches avancées sur les essences de bois et la mise en oeuvre les plus appropriées (études des propriétées, tests de résistance, …). Un travail minutieux qui a complètement dynamisé le processus d’apprentissage. « Rien de tel pour donner l’envie d’apprendre aux jeunes et pour promouvoir la filière bois dans l’enseignement », me confie un directeur presque ému. Pour les amateurs de bois, voici les espèces de bois utilisées pour ce vélo : pédales en padouk, pédalier en frêne d’Amérique, chaîne en hêtre et padouk, pignon en padouk, guidon en contreplaqué de bouleau collé, fourche en frêne d’Amérique, roues en bouleau, cadre en frêne d’Amérique. Au final, ce vélo original en bois ne pèse que 11 kg (mais une tonne de savoir) ! Le design du cadre est l’oeuvre de Jonas De Brauwer. En guise de cerise sur le gateau, Jonas De Brauwer a établi un nouveau record de l’heure sur vélo 100% bois (19,4 km) et de vitesse (26,9 km/h) au Vlaams Wielercentrum Eddy Merckx (Blaarmeersen) à Gand ce 29 septembre 2016. Découvrez les photos de l’exploit sur https://www.facebook.com/velosophes/photos/?tab=album&album_id=1126551560714186

(c) photos : Wouter Maeckelberghe

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Ce vélo entièrement en bois est le fruit d'une collaboration pédagogique entre l'école secondaire GO! KTA Dendermonde et la haute école gantoise HoGent.

Ce vélo entièrement en bois est le fruit d’une collaboration pédagogique entre l’école secondaire GO! KTA Dendermonde et la haute école gantoise HoGent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Dis papa, quel est le record de vitesse sur un vélo? » Tout dépend de quoi l’on parle, mon grand. Il existe des tas de records de vitesse à vélo. Le plus emblématique est sans aucun doute le record de l’heure sur piste, mais la chasse aux records connaît énormément de disciplines. C’est que l’homme peut être terriblement créatif dans la recherche d’adrénaline et de moments de gloire. Pensons au record de vitesse en VTT sur neige d’Eric Barone ou encore au projet scolaire de record de vitesse sur un vélo entièrement en bois. Les exemples foisonnent (on vous passe les projets les plus vélosophes). Parallèlement à ces records cyclistes ‘à propulsion humaine’, on recense également des prouesses à vélo d’un autre type. Pas vraiment à la force des mollets, plutôt dans la catégorie du doping mécanique. Déjà entendu parler de François Gissy? Notre homme est parvenu à entrer dans l’histoire avec un record de vitesse à 333 km/h sur un vélo… fusée. L’exploit a été signé sur le circuit Paul Ricard au Castellet (sud de la France). Son ami ingénieur Arnold Neracher lui avait confectionné un vélo doté d’une propulsion comme les fusées installée sur le porte-bagage. S’il n’a pas dû pédaler, le pilote a tout de même fait preuve d’une maîtrise impressionnante pour conserver sa trajectoire au démarrage. Je vous laisse imaginer les sensations : il est passé de 0 à 100 km/h en 1,1 seconde et a été soumis à une accélération de 3,1 G !

François Gissy a établi un record de vitesse à 333 km/h sur un vélo-fusée confectionné par son ami ingénieur Arnold Neracher.

François Gissy a établi un record de vitesse à 333 km/h sur un vélo-fusée confectionné par son ami ingénieur Arnold Neracher.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Comment rendre le monde plus durable en éliminant les barrières à la pratique du vélo? Telle est la vélosophie du mouvement Cyclehack. Née en 2014, l’initiative citoyenne a rassemblé quelques esprits créatifs le temps d’un week-end. Le but était simple : réfléchir à des solutions devant rendre la pratique du vélo plus accessible et plus sûre. Après une séance de brainstorming, les candidats vélosophes étaient invités à prototyper leurs idées en petits groupes pour ensuite les tester sur le terrain. A la fin du week-end, chaque groupe présente son projet. Au-delà des échanges en petits comités, la volonté est d’inspirer des actions concrètes et d’inciter les décideurs politiques à mettre en œuvre les bonnes pratiques à grande échelle. En deux ans, le mouvement s’est considérablement internationalisé. Plus d’une trentaine de villes des quatre coins du globe ont participé au Cyclehack du dernier week-end de juin. Parmi les dizaines de projets soumis cette année, je m’en voudrais de ne pas évoquer le projet belge ‘Fixmyhole BXL‘. Non sans humour, les auteurs du projet ont imaginé un pochoir en forme de Manneken Pis pour identifier les trous dangereux sur la voie publique. Simple, fun et efficace ! Découvrez une vaste sélection de projets sur le site de Cyclehack.

Fixmyhole BXL est l'un des nombreux projets présentés lors du week-end Cyclehack pour rendre la pratique du vélo plus accessible et plus sûre.

Fixmyhole BXL est l’un des nombreux projets présentés lors du week-end Cyclehack pour rendre la pratique du vélo plus accessible et plus sûre.