Articles Tagués ‘art’

Donnez-lui quelques tubes métalliques et il vous écrira un vélo à la cintreuse et au fer à souder. Un vélo aux lignes envoûtantes comme seuls les poètes de l’acier en sont capables. Sculpteur et designer, le New Yorkais Josh Hadar s’est forgé son univers si singulier par passion pour le métal. En multipliant les explorations du matériau, il s’est lancé dans la fabrication de vélos artisanaux. Déçu que l’eco-design soit si souvent associé à des créations fades et sans relief, notre vélosophe de Manhattan entreprend de créer des vélos dotés d’une forte personnalité. Tantôt inspirées d’un trait de crayon, tantôt d’un voyage à l’autre bout du monde, ses créations sont à chaque fois le fruit d’une histoire originale. Mais peu importe la forme – chopper, cruiser ou e-trike -, la patte de l’artiste est inimitable. Ne sentez-vous pas souffler ce vent de liberté et d’évasion rien qu’à contempler ses sculptures sur roues? Bon vent, l’artiste!

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Découvrez mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ sur www.velosophe.be/livre :)

Vélo Lionheart du sculpteur new yorkais Josh Hadar.

Vélo Lionheart du sculpteur new yorkais Josh Hadar.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

La brasserie américaine New Belgium a invité douze artistes à customiser un vélo de Detroit Bikes dans le cadre d’un concours d’art sur vélo. Alors que la plupart des artistes ont exprimé leur créativité en peignant le cadre, Brinkley Messick est allé plus loin dans la démarche en combinant peinture sur cadre et sacoches en cuir sur mesure. Bien qu’adepte de la récupération et du recyclage, le lauréat du concours a adopté le cuir comme support artistique dans le prolongement du cadre. Les différentes décorations rendent hommage aux paysages western du Colorado et de sa Caroline natale. Rien de bien étonnant puisque Brinkley oeuvre aussi à la préservation des espaces naturels. Il a d’ailleurs choisi de remettre le chèque de 5000$ du concours à une association active dans ce domaine. Pour le cadre, l’artiste a misé sur le contraste entre les décorations à la peinture et le cadre à l’état brut. Le cadre nu souligne, selon l’artiste, le lien avec l’histoire de Detroit. Les curieux peuvent découvrir les vélos des 12 artistes sur le site de la New Belgium’s Art Bike Competition.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ (avec un chapitre complet sur les projets vélo de 21 constructeurs automobiles !) est disponible via www.velosophe.be/livre

Vélo customisé sur le thème des grands espaces du western américain.

Vélo customisé sur le thème des grands espaces du western américain.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le vélo et l’art font souvent bon ménage. Nouvelle preuve avec ce vélo venu d’Italie. Depuis quelques années, le collectif d’artistes romains Cicli Art Lab a pris l’habitude de transformer les deux-roues en oeuvres d’art. L’une de ses dernières créations est le vélo ‘Alchimia’, décoré à la main par Riccardo Fortuna. Avouez que l’alchimie est plutôt réussie. « Au-delà du plaisir de la conduite, les cyclistes passionnés recherchent de plus en plus à se démarquer et nous travaillons soit à l’inspiration soit sur commande », explique l’artiste peintre, rencontré au salon LikeBike à Monaco. Ce modèle est une série limitée, volontairement mystérieuse pour inciter à la réflexion et à l’évasion. D’abord crayonnée grossièrement pour établir les proportions, la fresque a ensuite été finalisée avec une peinture à l’eau protégée par un vernis. Le délai de production est d’environ un mois, pour une dizaine de jours de peinture. L’idée vous inspire? Le collectif a d’autres modèles à son actif (vélo Leonardo da Vinci, cadre Pompei, vélo Musica, Florilège, …) et propose aussi la décoration de jantes (admirez la vidéo de Riccardo Fortuna à l’oeuvre) ou de pédaliers. Dis chérie, on ne se ferait pas un petit week-end à Rome?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Au retour d’un col mémorable à vélo, Paul Sonley souhaite réaliser une illustration originale de son itinéraire. Comme beaucoup de cyclistes, il a enregistré sa sortie à vélo avec l’application mobile du réseau social Strava. Pour lui, il ne fait aucun doute qu’il doit y avoir un moyen d’exporter ses données GPS pour en faire une oeuvre d’art originale. Malheureusement, après de longues recherches, le graphiste de formation ne trouve rien de satisfaisant sur le web. Créatif dans l’âme, notre vélosophe anglais du Yorkshire se bricole donc son propre système D en combinant le traitement des données exportées dans plusieurs logiciels de visualisation. Pour accentuer le côté artistique de l’illustration, le designer apporte ensuite une dernière (re)touche personnelle à la sortie des logiciels. Convaincu du potentiel de sa technique, Paul commercialise désormais sa trouvaille via Loopieroute. Vous lui envoyez vos données et il se charge d’immortaliser le tracé de votre itinéraire. Qui plus est, avec personnalisation du texte de la légende de votre oeuvre. Des cyclotouristes amateurs dans la salle?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au Tour de France, les artistes ne sont pas uniquement à vélo. A divers endroits le long du parcours, des peintres ont réalisé des fresques murales sur le thème du vélo en vue de la Grande Boucle 2015. A Utrecht, par exemple, l’initiative ‘Tour des Arts’ a encouragé des artistes locaux à faire preuve de créativité pour transformer des pignons de façades en oeuvres vélosophiques. L’illustrateur Daniel Roozendaal a ainsi croqué les portraits des deux champions néerlandais Joop Zoetemelk et Jan Janssen. Ailleurs dans la ville, trois autres peintures murales ont vu le jour dans le cadre de ‘Painting the walls‘, avec la collaboration des étudiants de l’institut Nimeto Utrecht. Lotte van Laatum s’est inspirée de photos de 17 riverains à vélo pour son ‘Peloton’ mural. Le designer Menno Anker, de son côté, a rendu hommage au style de l’architecte et designer Gerrit Rietveld dans sa peinture ‘Rietvelo’. Enfin, la troisième oeuvre, signée par le studio d’animation Job, Joris & Marieke, est un clin d’oeil au jardin Tivoli. En France, à Saint-Méen-le-Grand (Bretagne), une peinture ‘L’échappée belle’ orne désormais un château d’eau.

Connaissez-vous d’autres peintures murales créées à l’occasion du passage du Tour de France 2015? Envoyez-moi les infos via info@velosophe.be

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

L’artiste flamand Erik Nagels a été bercé par les épopées cyclistes des années 60. A l’époque, un fabricant de poudre à lessiver avait eu la brillante idée de placer une figurine cycliste dans chacun de ses paquets. Il n’en fallait pas plus pour que les enfants collectionnent les cyclistes des différentes couleurs et revivent à leur manière les étapes mythiques du Tour de France ou du Giro. Comme beaucoup d’enfants de cette génération, Erik a joué des heures avec ces figurines et la passion du vélo ne l’a jamais plus quitté. Pour le 100e anniversaire du Tour des Flandres, l’enfant devenu artiste a eu la brillante idée de redonner vie à ces figurines. Grandeur nature. A l’aide d’amis, il sortit 72 Flandriens en polyester de ses moules, qu’il installa le long du parcours. Visiblement, Erik était loin d’être le seul animé par cette nostalgie des échappées cyclistes de plastique. Vu le succès de son peloton coloré, son œuvre ‘De ontsnapping’ (L’échappée) circule à présent à la rencontre des amateurs de cyclisme. Comme le montre la photo, la p(l)age n’est pas tournée.

L'oeuvre 'De ontsnapping' (l'échappée) d'Erik Nagels surfe sur la vague de la nostlagie des échappées cyclistes des figurines de plastique.

L’oeuvre ‘De ontsnapping’ (l’échappée) d’Erik Nagels surfe sur la vague de la nostlagie des échappées cyclistes des figurines de plastique.

 

Il y a des vélos qui donnent des ailes. Et d’autres qui en ont. Comme l’Alérion. Le vélo Alérion est une pièce unique sculptée par Charles Boulnois, meilleur ouvrier de France, sur un cadre de vélo en bois de l’éditeur Keim. Ce projet exceptionnel est le fruit d’une belle rencontre entre spécialistes du bois. En venant s’installer dans la région de Tours, dans la vallée de la Loire (France), le sculpteur n’imaginait pas atterrir à deux pas de l’atelier de Keim, où la designer industrielle Paule Guérin et le prototypiste Till Breitfuss donnent vie à des créations design haut de gamme. C’est en découvrant leur atelier respectif que l’idée d’une collaboration voit le jour. Paule et Till travaillaient sur un cadre de vélo en bois quand Charles leur propose de sculpter un cadre au ciseau à bois. Pour se faire une idée de la masse de bois nécessaire, l’homme réalise un premier modelage en pâte à modeler, sur base duquel Paule et Till lui fournisse un cadre brut. Quelques semaines plus tard, Charles présente son œuvre. « Un vrai challenge, car sculpter dans une pièce de bois en lamellé-collé avec des directions de fibres différentes n’est pas évident », explique Till Breitfuss. « Inspiré de la mythologie, et notamment de Pégase et de ses chevauchées fantastiques, le cadre est une sculpture sur laquelle on peut s’asseoir. Vous connaissez beaucoup d’œuvres sur lesquelles on ose s’asseoir? Et puis, l’Alérion rappelle une époque où l’ornement et l’art s’appliquaient aux objets utilitaires ».

Si ce vélo de 9,5 kg en frêne blanc et finition en résine d’époxy restera un objet de collection, sachez que Keim est sur le point de produire un autre vélo en bois de géométrie comparable. Limité à 20 exemplaires sur mesure, le vélo Arvak (allusion au cheval mythologique tirant le soleil dans sa course à travers le ciel) arbore une silhouette épurée, tout en fluidité. Pour les amateurs de design bois, son cadre est obtenu par moulage de feuilles de placage dans une forme. 24 couches de frêne blanc stratifiées ont été utilisées. Il s’agit donc d’un cadre monocoque (sans assemblages), ce qui lui assure une grande rigidité sans triangulation. Côté composants, il est équipé d’une fourche tout carbone, de roues Corima Aero 2D avec jantes carbone et moyeux piste, des boyaux Schwalbe ONE, un pédalier Miche Primato Pista et une selle carbone Fi’zi:k Volta R1, pour un poids total de 7,5 kg. Des amateurs? Ne traînez pas, la souscription se clôture le 30 juin 2014. Prix du rêve : 7980 €. Bien informé, le vélosophe a toutefois appris que Paule et Till vont poursuivre leurs tests en laboratoire pour… plancher sur une version en série légèrement différente et plus abordable. A suivre…

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.