Articles Tagués ‘bambou’

Vélo triporteur en bambou

Publié: 5 septembre 2014 dans design
Tags:, , , ,

Et si on cogitait sur un moyen de déplacement non polluant? Au hasard, un vélo. Ou plutôt un tricycle. Allez, un triporteur. Oui, excellente idée, un triporteur. Et on le construirait dans un matériau naturel, histoire de limiter son empreinte environnementale. Le bambou fera parfaitement l’affaire. A quelques détails près, le tour était joué pour les designers français Antoine Fritsch et Vivien Durisotti de l’agence Fritsch-Durisotti. Le duo créatif tenait l’objet innovant qu’il avait rêvé en lançant sa réflexion sur la mobilité du futur : un triporteur en lamellé-collé de bambou avec une nacelle en rotin à l’avant. Vous l’aurez compris, le choix des matériaux n’est pas anodin en termes d’écologie. Des matériaux qu’ils apprécient par ailleurs pour les avoir déjà sublimés à plusieurs reprises dans des projets. Au final, la volonté d’expérimenter des vélosophes a donné vie à un vélo à la fois pratique et esthétique. Très réussi. D’autant plus que le concept est modulable selon les souhaits du cycliste. Au besoin, la nacelle qui peut accueillir tant des enfants que des marchandises est en effet remplaçable par un autre module.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vélo triporteur en lamellé-collé de bambou avec nacelle en rotin des designers français Antoine Fritsch et Vivien Durisotti. (photo : Fritsch-Durisotti)

Vélo triporteur en lamellé-collé de bambou avec nacelle en rotin des designers français Antoine Fritsch et Vivien Durisotti. (photo : Fritsch-Durisotti)

 

Le bambou, il en connaît un bout. Alors qu’il était étudiant en art, design et architecture à la Monash University de Melbourne (Australie), Alexander Vittouris planche sur un trike bike en bambou. Son objectif est de démontrer le potentiel du matériau comme élément constructif. A l’époque, il combine la fibre de bambou à une résine pour mouler l’ossature de son vélo BamTrike (première photo). Le projet expérimental attire l’attention des médias mais l’étudiant reste convaincu qu’il peut encore aller plus loin. Quelques années plus tard, il découvre d’autres méthodes plus durables d’utiliser le bambou. L’idée est simple : ‘préformer’ et ‘préfabriquer’ le matériau pendant la croissance de la plante. Il suffisait d’y penser. De la sorte, le vélosophe australien produit des formes complexes d’une seule pièce. Un moyen créatif de réduire le nombre d’assemblages – points faibles par définition – et de gagner en esthétisme (seconde photo). Quelque chose me dit que le doctorant à la Melbourne School of Land and Environment de l’Université de Melbourne n’est pas encore au bout de ses créations en bambou. A suivre…

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vélo en fibre de bambou et résine de l'Australien Alexander Vittouris.

Vélo en fibre de bambou et résine de l’Australien Alexander Vittouris.

Vélo en bambou 'pré-moulé' pendant la croissance de la plante. Projet de recherche de l'Australien Alexander Vittouris.

Vélo en bambou ‘pré-moulé’ pendant la croissance de la plante. Projet de recherche de l’Australien Alexander Vittouris.

 

Mon premier est ingénieur en mécanique et cycliste professionnel (Nick Frey), mon second est designer industriel spécialisé dans les constructions en bambou (James Wolf), mon tout est? Boo Bicycles. Et beau aussi, les vélos aux cadres en bambou et fibre de carbone. Réalisés à la main et sur mesure, leurs vélos affichent une esthétique très réussie et sont par ailleurs garantis à vie sur les défauts de fabrication. Outre un fixie (voir photo), la collection Boo compte des modèles pour tous les goûts : vélo de course, vélo de randonnée, MTB, fat bike, … Des vélos aux lignes séduisantes puisque les deux Américains viennent de décrocher deux prix au salon nord-américain du vélo fait main NAHBS : l’un pour le ‘Best fat bike’ et l’autre pour le ‘Best alternative material’ avec leur concept bike Glissando. Comme dirait le vélosophe : ‘Ils en connaissent un bout!’

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Le Boo Fixie, un vélo à pignon fixe en bambou et fibre de carbone signé Boo Bicycles

Le Boo Fixie, un vélo à pignon fixe en bambou et fibre de carbone signé Boo Bicycles

A l’origine, il voulait concevoir un vélo à la fois artistique et scientifique. Un vélo dont la mission était d’apporter une réponse à un long questionnement. Car qu’y a-t-il de plus amusant que de résoudre de vieux problèmes avec de nouveaux matériaux? Craig Calfee, designer américain reconnu pour son expertise dans la conception de cadres de vélo haut de gamme, a en effet voulu savoir s’il était possible de fabriquer un vélo en bambou digne des meilleurs cadres uniquement à base de tiges de bambou de petit diamètre. Et comme si le défi n’était pas déjà assez corsé, il y a ajouté quelques petites contraintes esthétiques supplémentaires. Son modèle devait refléter la plante de bambou et aussi donner l’impression de mouvement et de vitesse. En voyant le design final, la réponse à la question initiale semble tellement évidente. « En plus, il est très agréable à la conduite », nous confie Craig. Encore un vélosophe qui va au (bam)bou de ses rêves.
Mais pourquoi donc le vélo en bambou fait-il tant fureur? « Parce que les gens peuvent aisément comprendre comment il est fabriqué. C’est juste du bambou et tout le monde sait que le bambou pousse dans le sol. Il suffit de le couper, d’utiliser des fibres et de la résine pour les assemblages, et le tour est joué », poursuit-il. Simple, non?
Pour l’heure, le vélo de Craig Calfee est exposé au Bicycling Hall of Fame de Davis en Californie (dont je remercie les responsables pour les photos).
Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.