Articles Tagués ‘BD’

David foutimasseur et son Gastomobile, réplique de la chaise de bureau de Gaston Lagaffe dotée d'un pédalier pour lui permettre de voyager à vélo au sein de la rédaction sans se lever.

David foutimasseur et son Gastomobile, réplique de la chaise de bureau de Gaston Lagaffe dotée d’un pédalier pour lui permettre de voyager à vélo au sein de la rédaction sans se lever.

En 1957, Gaston Lagaffe, le plus célèbre des inventeurs bricoleurs de la BD, crée son Gastomobile. Cette chaise de bureau dotée d’un pédalier doit lui permettre de voyager à vélo au sein de la rédaction sans se lever. Il s’agit-là d’une de ses premières inventions. Des inventions qui ont bercé toute la jeunesse du Suisse David Foutimasseur, un mécanicien bidouilleur à ses heures. Un jour, David reçoit une vieille chaise d’un collègue parti à la pension. La ressemblance avec la chaise de Gaston est frappante pour le fan de BD qui a grandi dans les planches de Franquin. Comme un signe du destin, David entreprend de transformer sa chaise en Gastomobile. Le résultat bluffe tout le monde, même la maison d’édition. Selon cette dernière, aussi incroyable que cela puisse paraître, David serait le premier à avoir donné vie aux inventions de Gaston Lagaffe. « André Franquin avait un sens du détail extrêmement poussé », m’explique-t-il. « Ses créations farfelues regorgent de détails précis mais laissent ci et là des zones floues qui m’autorisent un minimum de créativité pour résoudre les problèmes techniques ». En aucun cas, notre Foutimasseur (nom d’artiste inspiré du vieux mot suisse ‘foutimasser’, signifiant faire quelque chose sans importance pour passer le temps) ne s’attendait à un tel accueil du public. Sans s’en rendre compte, notre vélosophe suisse venait probablement de rendre l’un des plus beaux hommages au maître belge de la bande dessinée. Mais le plus beau est peut-être encore à venir car David a une rêve : donner vie à toutes les inventions de Gaston…

Vous avez aimé cet article? Suivez Vélosophe sur FacebookTwitter & Instagram (et partagez)

Découvrez aussi mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity’ (frais de port offerts!)

Publicités

Ils auraient pu les appeler ‘(més)aventures de joyeux lurons qui tournent en rond’ ou ‘carnet d’anecdotes d’une bande de potes à vélo’, mais Vélomaniacs sonnait mieux. A travers le regard de fous de vélo d’un petit club de cyclos amateurs, le scénariste Jean-Luc Garréra et le dessinateur Alain Julié racontent l’univers du cyclisme. Non pas la vie des pelotons professionnels, mais bien celle des entraînements hebdomadaires et des sorties du dimanche. Le tout placé sous le signe de l’humour. Pour leur neuvième album, les Vélomaniacs déroulent leurs gags sur les routes de Corse, puisque l’île de Beauté accueillera cette année le départ du 100e Tour de France. Un hommage à la Grande Boucle que les auteurs ont aussi voulu en revisitant la genèse du vélo. Un clin d’oeil tant historique que sympathique. Les amateurs de la série seront aussi heureux de découvrir que le coach du Guidon’s Club de Pignon-sur-Rut a enfin accepté de créer une section VTT et une section féminine. Bref, comme le dit Jean-Luc Garréra, une BD qui ne manque pas de selle.

Merci à Alain et Jean-Luc pour leur dédicace spéciale Vélosophe. Les Vélomaniacs est publié aux éditions Bamboo.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Dédicace de Alain Julié et Jean-Luc Garréra, respectivement dessinateur et scénariste de la BD Les Vélomaniacs, pour les lecteurs de Vélosophe.

Dédicace de Alain Julié et Jean-Luc Garréra, respectivement dessinateur et scénariste de la BD Les Vélomaniacs, pour les lecteurs de Vélosophe.

velosophe_velomaniacs_couverture9

Aussi étrange que cela puisse paraître pour un sport si populaire, le cyclisme n’est que très rarement entré dans l’univers de la bande dessinée. « Probablement à cause de la difficulté de dessiner un cycliste bien posé sur son vélo et de la perspective de devoir s’attaquer à un peloton », m’explique Christian Lax, l’un des rares dessinateurs à avoir osé l’aventure. Ayant le privilège de vivre de sa plume depuis une quarantaine d’année, ce cyclo passionné rêvait de combiner ses deux plaisirs : le vélo et le Neuvième Art. C’est en visitant l’observatoire du Pic du Midi dans les Pyrénées un été de 2005 que le dessinateur lyonnais eu le déclic. Le décor était tout trouvé et son héros serait un militaire ayant participé à la construction de l’observatoire, peu avant la première guerre mondiale. ‘L’aigle sans orteils‘ retrace l’époque des pionniers du Tour de France. Vu le succès de cette première BD cycliste, Christian remet du braquet quelques années plus tard pour un second album, ‘Pain d’alouette‘ (en deux tomes). Cette fois, le dessinateur s’attaque à un autre monument du patrimoine cycliste, la classique Paris-Roubaix durant l’Entre-deux-guerres. Ici aussi, l’artiste parvient à faire passer la souffrance, le doute, la peine d’un personnage qui fait sien la passion du cyclisme. Ses personnages fictifs y côtoient les plus grands champions de l’époque et nous entraînent dans leur roue à la découverte d’histoires avant tout humaines. Avec beaucoup de poésie. Voici quelques mois, l’auteur a bouclé sa trilogie en abordant le monde de la piste et des courses de 6 jours dans ‘L’écureuil du Vel’d’Hiv‘. A conseiller à tous les vélosophes, bédéphiles ou pas!

Le premier album est sorti chez Dupuis tandis que la suite de la trilogie est parue chez Futuropolis.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Dédicace du dessinateur Christian Lax pour Vélosphe

Dédicace du dessinateur Christian Lax pour Vélosphe

Dessin d'une BD de Christian Lax

Dessin d’une BD de Christian Lax

 

La passion du cyclisme selon Christian Lax

La passion du cyclisme selon Christian Lax