Articles Tagués ‘bois’

Sous ses airs de coque en bois, le vélomobile des frères Olivier et Nicolas Chambon dissimule un impressionnant degré de technicité. Les deux ingénieurs bretons passionnés d’aéronautique ont travaillé cinq ans sur leur vélo couché caréné. En s’inspirant du savoir-faire bois développé dans l’aéronautique des années ’50 et l’industrie du ski, les frangins ont appliqué à leur vélomobile les principes aérodynamiques et les techniques de collage et d’assemblage de bois. Un travail d’artisan digne des luthiers. « Nous n’avons rien inventé, juste mené un énorme travail d’engineering. Le coefficient de sécurité de chaque pièce a été calculé pour connaître notre marge de manœuvre et améliorer le modèle au fil des cinq prototypes », expliquent-ils. Et pour ne rien gâcher, ce bijou à pédales a été créé en open source. Les frères ont en effet publié les fichiers en téléchargement sur un forum pour éviter qu’un industriel ne puisse récupérer l’idée et la breveter.

Cet article est également paru dans le magazine canadien Vélo Mag.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vélomobile (vélo couché caréné) des frères Olivier et Nicolas Chambon.

Vélomobile en bois (vélo couché caréné) des frères Olivier et Nicolas Chambon.

Publicités

En voyant un reportage sur le vélo 100% en bois SplinterBike du Britannique Michael Thompson, Geert Muylaert, professeur de la section bois de l’école Victor Horta à Evere (Bruxelles), s’est mis à rêver. Pourquoi ne pas réaliser un projet comparable avec mes élèves? Immédiatement séduits, les jeunes ont relevé le défi avec énormément d’enthousiasme. Durant toute une année, ils ont planché sur ce vélo entièrement en bois. 133 pièces, 400 heures de travail et peut-être bientôt aussi deux records du monde. Bart Uyttersprot, responsable du projet et conseiller technique de l’établissement, a en effet convaincu l’ancien champion cycliste Eddy Planckaert, notamment vainqueur du Tour des Flandres et de Paris-Roubaix, de tenter de battre le record de vitesse sur 100 m ainsi que le record de l’heure sur vélo en bois avec leur vélo HORTA (développement 52×13, 30 kg). L’événement devrait avoir lieu en septembre sur la piste de Rochefort. Quel que soit le résultat de cette tentative de record, félicitations déjà aux professeurs pour leur créativité dans la manière d’aborder l’enseignement et aux jeunes vélosophes pour ce beau projet qui fera certainement école.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Les élèves de la 5e année section bois de l'école Victor Horta avec leur vélo HORTA entièrement en bois.

Les élèves de la 5e année section bois de l’école Victor Horta avec leur vélo HORTA entièrement en bois.

Merci à Emmy pour la proposition de sujet :)

Lorsqu’on pratique le vélo au quotidien, qu’on habite une ville tournée vers le vélo et qu’on est designer, on finit toujours bien un jour par dessiner son propre vélo. Non contents de l’avoir dessiné, les Strasbourgeois Claude Saos et Thierry Boltz (de BSG Bikes) l’ont prototypé, testé puis breveté. Depuis, leur vélo urbain WOOD.b ne cesse de se faire remarquer. La réussite du mariage entre le bois et l’acier leur a déjà valu quelques belles lettres de noblesse. Mais est-ce vraiment une surprise quand on travaille avec un matériau si noble ? Fabriqué en multiplis de frêne contrecollé, le cadre est personnalisable. Selon vos souhaits, vous pouvez en effet choisir la teinte du bois et le coloris des pièces d’acier. Acier bien vu, non ?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe

Vélo urbain en bois WOOD.b des Strasbourgeois Claude Saos et Thierry Boltz (BSG Bikes).

Vélo urbain en bois WOOD.b des Strasbourgeois Claude Saos et Thierry Boltz (BSG Bikes).

Cycliste et menuisier, Max Samuelson a commencé à construire des vélos en bois en 2008. Depuis, l’Américain du New Jersey a une bonne quarantaine de cadres en bois à son actif. Le dernier bébé de Woody Bicycles est le TTree, un vélo alliant bois, acier et fibre de carbone présenté lors du récent salon américain du vélo artisanal NAHBS. Son développement depuis l’esquisse papier aura duré deux ans en passant pas cinq prototypes. Pour le constructeur, trop de fabricants de vélos en bois font l’erreur de vouloir imiter les modèles classiques plutôt que de profiter pleinement des atouts du matériau bois, qui autorisent une plus grande créativité. Il a donc fait fi des conventions en misant sur des lignes plus logiques dans l’esprit du bois. Sans pour autant en réduire les performances. Restant sous la barre des 10 kg (entièrement monté) le cadre creux en bois stratifié (jusqu’à 84 couches de placage de chêne rouge d’Amérique) a été testé de manière concluante en compétition de triathlon. Ce vélo de course sera décliné en modèle city bike d’ici peu.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vélo en bois de Max Samuelson (Woody Bicycles). Cadre creux en stratifié de chêne rouge d'Amérique.

Vélo en bois de Max Samuelson (Woody Bicycles). Cadre creux en stratifié de chêne rouge d’Amérique.

 

Le grand-bi est un vélo fascinant qui inspire régulièrement les artistes. Vélosophe de son état, l’Américain Ron Schroer a fabriqué un grand-bi entièrement en bois. Au-delà du travail sur le matériau qu’il affectionne particulièrement, le bricoleur a avant tout cherché à faire danser son vélo. Non pas en roulant en danseuse, mais plutôt en faisant marcher son vélo (et son imagination). L’idée? Remplacer la petite roue arrière du grand-bi par un mécanisme articulé qui donnerait l’impression que le vélo marche. Notre homme avait été impressionné par la créativité de l’oeuvre ‘strandbeest‘ (‘bête de plage’) de l’artiste néerlandais Theo Jansen et s’est donc inspiré du concept pour le décliner en une version actionnée par le pédalage. En dotant le bout des ‘pattes’ de petites roulettes, le vélo pouvait se mouvoir aisément avec beaucoup de poésie. En avant comme en arrière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Découvrez la vidéo du ‘Boneshaker Big Wheel’ de Ron Schroer.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Encore un superbe vélo en bois pour le best of du vélosophe. Le vélo Fusion est l’oeuvre de Yojiro Oshima, un étudiant en design industriel, artisanal et d’intérieur à la Masashino Art University (Japon). Passionné par le bois et le vélo, Yojiro a exploré le matériau au profit d’un travail de recherche sur l’esthétisme. Pour lui, les propriétés mécaniques du bois se prêtent parfaitement à la fabrication d’un vélo. Les moindres pièces ont été étudiées pour réaliser un vélo pratiquement 100% en bois. Fluide et racé, le vélo affiche des courbes séduisantes qui masquent admirablement la complexité de la tâche. Il faut savoir que l’étudiant ne pouvait faire qu’un usage limité des machines (2h30 par jour) et que le recours aux outils de découpe CNC était interdit. Outre ces contraintes techniques, il a également dû composer sous la pression du facteur temps pour rentrer le travail dans les délais impartis. Ce vélo a été réalisé en 60 jours à raison de 14h de travail quotidien, sans jour de relâche! S’agissant de l’essence, Yojiro a employé de l’érable. Ce prototype n’est bien entendu pas resté inaperçu et lui a valu de nombreuses propositions professionnelles, notamment dans le domaine du design vélo. Actuellement en dernière année, l’étudiant planche… sur un nouveau projet de vélo pour son travail de fin d’études. Vélosophe reviendra naturellement sur le sujet en temps voulu.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un vélo en bois venu de Grèce

Publié: 31 octobre 2014 dans design
Tags:, , , ,

Et si on construisait un vélo en bois? Quand on touche du bois depuis plusieurs générations et qu’on est issu d’une famille de menuisiers et d’ébénistes, la voie du rêve est forcément beaucoup plus courte. Il aura finalement fallu deux ans de recherche et de tests aux frères Lekowitsi et à l’architecte et designer Nikolaos Kalfoglou pour mettre au point et commercialiser leurs vélos Castor. Réalisés en lamellé-collé, leurs cadres de vélo combinent le frêne, pour ses propriétés mécaniques, et une espèce de bois plus sombre, pour le contraste esthétique. Selon les goûts du client, il peut s’agir d’acajou, de wengé ou de padouk. Leurs vélos se déclinent en trois modèles (course, trekking et MTB) et sont garantis deux ans sur le cadre et la finition. Sachez aussi que les cadres sont proposés nus ou montés (Shimano) et peuvent être personnalisés avec une gravure d’un nom ou d’un logo. Bon, eh bien il ne vous reste plus qu’à choisir. Alors, acajou, wengé ou padouk? Si vous vous interrogez sur le nom ‘Castor’, ne cherchez plus, la menuiserie familiale est installée dans la ville de Kastoria, dans le nord de la Grèce.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.