Articles Tagués ‘cadre’

Le vélo et l’art font souvent bon ménage. Nouvelle preuve avec ce vélo venu d’Italie. Depuis quelques années, le collectif d’artistes romains Cicli Art Lab a pris l’habitude de transformer les deux-roues en oeuvres d’art. L’une de ses dernières créations est le vélo ‘Alchimia’, décoré à la main par Riccardo Fortuna. Avouez que l’alchimie est plutôt réussie. « Au-delà du plaisir de la conduite, les cyclistes passionnés recherchent de plus en plus à se démarquer et nous travaillons soit à l’inspiration soit sur commande », explique l’artiste peintre, rencontré au salon LikeBike à Monaco. Ce modèle est une série limitée, volontairement mystérieuse pour inciter à la réflexion et à l’évasion. D’abord crayonnée grossièrement pour établir les proportions, la fresque a ensuite été finalisée avec une peinture à l’eau protégée par un vernis. Le délai de production est d’environ un mois, pour une dizaine de jours de peinture. L’idée vous inspire? Le collectif a d’autres modèles à son actif (vélo Leonardo da Vinci, cadre Pompei, vélo Musica, Florilège, …) et propose aussi la décoration de jantes (admirez la vidéo de Riccardo Fortuna à l’oeuvre) ou de pédaliers. Dis chérie, on ne se ferait pas un petit week-end à Rome?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Parti de rien, sans plans, Antoine Hotermans (Mcfly Custom) voulait se construire un cadre de vélo aux influences industrielles. Un vélo inspiré des fous du guidon des années ’20. Au départ de tubes de section rectangulaire, l’artiste bruxellois soude son triangle principal mais réalise qu’il devra trouver une parade pour alléger le cadre. La solution est simple : perforer tout le profil du cadre avec une perceuse à colonne. Des p’tits trous, des p’tits trous, encore des p’tits trous. Aucun doute, son ‘Apache racer’ sera unique. Remarquez le moyeu spécial, le badge maison à l’avant, les poignées de vieilles voitures au bout du guidon et le pédalier gravé. Vous avez dit customisé ?

Cet article est également paru dans le magazine canadien Vélo Mag.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce vélo est magique. Vous grandissez? Lui aussi. Vous le prêtez à quelqu’un de plus petit? Son cadre s’adapte à la taille du cycliste. Enfin, pas tout seul, mais tout de même. L’idée géniale de ce vélo original est l’oeuvre d’un designer industriel américain du nom de Nathan Durflinger. En réalité, son concept bike, baptisé Versabike, a aussi été pensé pour faciliter la revente du vélo. Pratique. Et pas mal non plus pour trouver sa position idéale sur le vélo. Se voulant passe-partout, le vélo adaptable l’est également dans son montage puisqu’il serait compatible avec la plupart des pièces standard d’un vélo. Et pour les matériaux, son inventeur l’a imaginé en bois, en aluminium ou en polycarbonate. Pas certain que le look futuriste à la ‘Robocop’ convaincra forcément mais la créativité du concept est séduisante.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Concept bike Versabike du designer industriel Nathan Durflinger. Vélo en bois.

Concept bike Versabike du designer industriel Nathan Durflinger. Vélo en bois.

Vélo customisé made in Berlin

Publié: 18 décembre 2013 dans design
Tags:, , ,

Passionné de culture vélo, l’Allemand Stefan Schott lance 8bar, sa propre entreprise de fabrication de vélos customisés. Après plusieurs réalisations, il croise la route de Jochen Smuda, un autre créateur berlinois fou de vélo, actif quant à lui dans le textile design (Ucon Acrobatics). Les deux unissent leur créativité pour créer un vélo spécial, une pièce unique. Ensemble, ils envisagent plusieurs motifs de cadre original. L’idée finale leur viendra en observant le plumage coloré d’un oiseau exotique. Etape suivante : traduire l’idée dans les faits. Diverses techniques de peinture sont explorées, mais aucune ne leur permet d’atteindre un résultat à la hauteur des espérances. Le cadre devra être peint à la main. Le duo fait alors appel aux services de Toons, un artiste peintre américain vivant depuis plusieurs années dans la capitale allemande. Le travail d’orfèvre sur le cadre durera quatre jours. Une fois le cadre terminé, c’est au tour du product designer Stefan ‘Stulle’ Matzdorf (MatzMate) d’entrer en action. Artisan dans l’âme, le designer aime combiner travail manuel, typographie et calligraphie pour personnaliser ses créations. Il se chargera d’habiller la selle, le guidon et les cale-pieds de cuir. Les initiateurs du projet voulaient un vélo unique, ils l’ont eu. Et quelle belle pièce! Si l’histoire de ce vélo customisé vous intéresse, n’hésitez pas à visionner le film making of des vélosophes berlinois.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un tube le vélo Viks?

Publié: 3 avril 2013 dans design
Tags:, , , ,

On ne travaille jamais aussi bien que pour soi-même. Visiblement, la formule est universelle. Fabricant de cadres et de roues de vélos en fibre de carbone, le designer estonien Indrek Narusk rêvait de son propre vélo. Fait maison. A la recherche des courbes idéales, il griffonne et gomme. Après son carnet de croquis, c’est à présent son carnet de commandes qui se remplit. Car la géométrie de la tuyauterie (ou du cadre, c’est selon) a séduit l’entourage et les clients du vélosophe. A tel point que, toujours à l’état de prototype, une première série de quelques exemplaires du Viks (c’est son nom) vient d’être produite par Velonia pour répondre à la demande de clients. Composé de deux tubes d’acier parallèles connectés en trois points (selle, potence et pédalier), le cadre du vélo n’hésite pas à prendre certaines libertés par rapport aux standards classiques. Une audace digne des as car le résultat final est plutôt bien réussi. Et vous, votre vélo, c’est pour quand?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Le vélo Viks du designer estonien Indrek Narusk, de Velonia.

Le vélo Viks du designer estonien Indrek Narusk, de Velonia.

L’écrivain britannique HG Wells n’en croirait pas ses yeux. Son homme invisible fait visiblement encore des émules. Les designers allemands de designaffairs STUDIO viennent de boucler un projet de recherche surprenant sur les matériaux. Ils voulaient provoquer, inspirer et repousser les barrières. Parole de vélosophe : mission accomplie. Leur ‘clarity bike’ ne passe en effet pas inaperçu avec son cadre transparent. Ce vélo tout droit sorti d’un scénario de science-fiction a été conçu en trivex, un polymère extrêmement léger et résistant (utilisé notamment dans les lentilles de contact). Selon les concepteurs, les propriétés de ce matériau pourraient ouvrir de nouvelles portes à l’engineering dans le monde du vélo. En attendant, voici au moins un peu de transparence dans un cyclisme qui en a bien besoin.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Le clarity bike des designers allemands de designaffairs STUDIO.

Le clarity bike des designers allemands de designaffairs STUDIO.

Vous ne le saviez probablement pas mais Zorro a son vélo. Pour la petite confidence, il est signé à la pointe du crayon du designer d’origine coréenne Jeongche Yoon. D’un Z qui veut dire Z-Fixie Concept. L’idée maîtresse de ce concept de vélo à pignon fixe repose, vous vous en doutiez, sur la forme de la dernière lettre de l’alphabet. Un cadre en Z plutôt réussi. Les plus observateurs auront remarqué le phare arrière intégré ou encore le détail des roues profilées. Mais l’artiste n’en est pas à sa première création. Spécialiste des modes de transport, le designer a notamment réalisé le Bik.E de Volkswagen ou encore le vélo électrique pliable BiCX qui se recharge en pédalant.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.