Articles Tagués ‘designer’

S’il est bien une constante dans l’œuvre du designer japonais Shin-ichi Konno, c’est de rompre avec la vision traditionnelle du cadre de vélo triangulaire. Pourtant, de son propre aveu, en près de 200 ans d’histoire du cycle, force est de constater que le cadre classique construit autour de deux triangles, également appelé cadre en diamant de par sa forme, est la construction parfaite. « En tant que constructeur de cadres, je ne cesse de défier les lois de la physique. Le vélo ‘hummingbird’ (le colibri) est une quête du vélo parfait, mais la route est encore longue avant d’atteindre l’excellence du cadre en diamant », explique-t-il au vélosophe. Des propos quelque peu modestes car le concepteur a tout de même raflé deux awards pour son track bike lors du récent salon nord-américain du vélo artisanal NAHBS (North American Handmade Bike Show). Pour ceux qui n’auraient jamais entendu parler de ce designer, il est la deuxième génération à la tête du célèbre constructeur de cadres japonais Cherubim, une autorité en matière de créativité et d’innovation.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Quelque chose me dit que ce n’est pas simplement pour se déplacer d’un point ‘a’ à un point ‘b’ qu’on achèterait le vélo Polygon. Aux yeux du vélosophe, le concept du jeune designer indonésien Reindy Allendra fait plutôt partie de ces vélos avec lesquels toutes les excuses sont bonnes pour ne pas envisager une sortie comme un trajet entre deux points donnés. Pour ne pas dire : avec lesquels on ne relie jamais un point ‘a’ à un point ‘b’ par le chemin de plus court. Son look est bien trop branché pour cela. Et vous ne pensiez probablement pas si bien dire, car le Polygon intègre notamment une station pour iPod avec recharge automatique en pédalant. L’éclairage des feux de freinage est lui aussi alimenté par le pédalage. Au-delà d’un vélo urbain moderne, ce modèle fait presque figure d’accessoire. L’accessoire… indispensable du métropolitain branché.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Toutes les 71 secondes, un vélo est volé au Royaume-Uni. C’est en entendant cette information que Phil Bridge, étudiant en design à la Sheffield Hallam University, eut l’idée de concevoir un vélo que personne ne voudrait voler. Les vélos coûtent cher et personne n’a envie d’investir dans un vélo qui risque d’être volé à chaque coin de rue. La solution? Ramener le vélo à un objet sans valeur, dans un matériau sans intérêt, pour n’avoir aucune crainte de le laisser en rue. A coup sûr, l’idée allait faire un carton. En parlant de carton, c’est justement le matériau retenu par le jeune designer pour construire le cauchemar des voleurs. Après divers essais, il opta pour le carton en structure de nid d’abeille. Pardon? Et s’il pleut? Pas de panique, ce type de carton résiste à l’eau. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, le coût de ce vélo défie toute concurrence. Selon le designer, le prix de revient tourne autour de 20 euros pour le vélo complet! Quand le vélosophe vous dit que rien n’est impossible avec un peu de créativité…

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Le vélo en carton de Phil Bridge.

Au départ, c’était juste pour le fun. Herman van Hulsteijn, un designer néerlandais, souhaitait simplement se construire un cadre original. A la recherche d’idées pour son vélo, il jette quelques esquisses sur un morceau de papier. Un croquis le séduit mais encore fallait-il s’assurer que l’esthétique singulière puisse véritablement tenir la route. Au propre comme au figuré. Il bricole son cadre et… surprise… le prototype est même plutôt confortable. Plusieurs amis habitués des longs voyages à vélo le testent et tous sont unanimes : une bien belle trouvaille. « Jamais je n’aurais imaginé le commercialiser, ce projet était un petit délire pour m’amuser », confie Herman au vélosophe. « Mais vu les réactions des différents testeurs, j’ai vite pris conscience du potentiel ». En quelques mois, l’inventeur a déjà vendu une soixantaine de vélos. Si l’envie vous dit, le modèle est proposé au prix de 2250 euros et est disponible en quatre coloris : noir, beige, gris métallisé et olive métallisé. N’oubliez pas de lui dire que vous venez de ma part ;)

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Le cadre original du designer néerlandais Herman van Hulsteijn