Articles Tagués ‘fixie’

Qui suis-je? Sport né aux Etats-Unis dans les années 2000, je me pratique avec une balle et un maillet par équipe de trois joueurs. Le but? Il y en a même deux. Pédaler et s’amuser. Vous m’avez reconnu? Bien vu, je suis le hardcourt bike polo. La discipline est plutôt confidentielle mais pas moins spectaculaire et exigente. Imaginez le bagage technique pour garder l’équilibre sur le vélo, driver la balle, tenir les adversaires à l’oeil, dribbler et marquer. Le tout sans jamais mettre pied à terre. La dextérité fait rêver. Vous pouvez toujours essayer de vous entraîner avec votre vélo, mais sachez que les vélos de hardcourt bike polo sont des fixies plus compacts que les modèles à pignon fixe classiques pour pouvoir réaliser des virages serrés. Et dotés d’un plus petit ratio pour de meilleures accélérations. Et puis, il y a le détail qui tue. Rayon roues. Si elles sont parfois recouvertes d’une cover, c’est pour protéger les rayons bien sûr, mais aussi et surtout pour… éviter d’encaisser un but idiot entre les rayons, explique Benjamin Morceau, l’organisateur du récent championnat de France de hardcourt bike polo (FHBPC) à Montpellier. Maintenant, il existe aussi des roues à 48 rayons plus solides. Une petite démo? Regardez ce résumé du FHBPC 2013. Avec environ 400 pratiquants, la France est la nation phare de la discipline en Europe. Lors des récents championnats d’Europe (EHBPC),les équipes de l’Hexagone ont décroché 9 des 16 tickets qualificatifs pour les championnats du monde (WHBPC) qui se tiendront le mois prochain en Floride. A suivre du 16 au 20 octobre!

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Le hardcourt bike polo se joue sur des vélos à pignon fixe compacts. (photo de Caro Paulette).

Le hardcourt bike polo se joue sur des vélos à pignon fixe compacts. (photo de Caro Paulette).

Ils étaient deux et venaient de créer un spectacle sur vélo acrobatique. Et comme ils aimaient le vélo, ils ont joint l’utile à l’agréable en enfourchant leur bicyclette pour un tour de la Sicile. Pendant un mois, les artistes italiens ont parcouru une soixantaine de kilomètres par jour sur leur fixie et testé leur création de village en village à raison de trois représentations par soirée. Bien rodés, Alice Roma et Damiano Fumagalli multiplient les festivals des arts de la rue et les belles rencontres. Comme celle avec l’artiste française Claire Ruiz. Ensemble, ils se lancent le défi de réaliser une colonne acrobatique à trois sur un vélo. Logiquement baptisée ‘Totem’, la figure séduit le public. « Le vélo ne laisse personne indifférent », explique le trio de la compagnie Rasoterra à l’issue d’une représentation au festival Sortilèges à Ath (Hainaut, Belgique). « Tout le monde est déjà monté un jour sur un vélo, ce qui facilite encore un peu plus le contact avec les spectateurs ». Vu les réactions, les trois vélosophes préparent actuellement une formule longue de leur spectacle. Rendez-vous est déjà pris pour 2014. En attendant, vous pouvez découvrir les acrobates de Rasoterra à l’oeuvre via ce lien.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Claire Ruiz, Alice Roma et Damiano Fumagalli de la compagnie Rasoterra sur leur vélo acrobatique Kunstrad.

Claire Ruiz, Alice Roma et Damiano Fumagalli de la compagnie Rasoterra sur leur vélo acrobatique Kunstrad.

Mon premier est ingénieur en mécanique et cycliste professionnel (Nick Frey), mon second est designer industriel spécialisé dans les constructions en bambou (James Wolf), mon tout est? Boo Bicycles. Et beau aussi, les vélos aux cadres en bambou et fibre de carbone. Réalisés à la main et sur mesure, leurs vélos affichent une esthétique très réussie et sont par ailleurs garantis à vie sur les défauts de fabrication. Outre un fixie (voir photo), la collection Boo compte des modèles pour tous les goûts : vélo de course, vélo de randonnée, MTB, fat bike, … Des vélos aux lignes séduisantes puisque les deux Américains viennent de décrocher deux prix au salon nord-américain du vélo fait main NAHBS : l’un pour le ‘Best fat bike’ et l’autre pour le ‘Best alternative material’ avec leur concept bike Glissando. Comme dirait le vélosophe : ‘Ils en connaissent un bout!’

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Le Boo Fixie, un vélo à pignon fixe en bambou et fibre de carbone signé Boo Bicycles

Le Boo Fixie, un vélo à pignon fixe en bambou et fibre de carbone signé Boo Bicycles

Dans le rayon concept bike, le Mooby du jeune designer italien Simone Madella présente pas mal d’atouts qui laissent à penser (ou rêver) qu’une production n’est peut-être pas si utopique. L’idée majeure est en effet dans l’air du temps. Ce fixie est personnalisable dans une large mesure puisque le concepteur a directement travaillé sur le cadre du vélo. Le look de votre vélo de vous plaît plus? Il vous suffit de remplacer les panneaux latéraux du cadre et le tour est joué. Le concept est d’autant plus séduisant que le vélo urbain se la joue sportive. Avec ses lignes très racées, ce vélo à pignon fixe présente une géométrie qui tient plus du contre-la-montre que de la sortie citadine. Bien vu car qui n’a jamais rêvé d’enfourcher un de ces bolides des cyclistes professionnels? Et pour être encore mieux vu, le designer a intégré l’éclairage dans le bout des cornes du guidon et dans le ‘tube’ de selle. Bref, la créativité au service de la Mooby-lité.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Le fixie Mooby du designer italien Simone Madella.

Le fixie Mooby du designer italien Simone Madella.

Vous ne le saviez probablement pas mais Zorro a son vélo. Pour la petite confidence, il est signé à la pointe du crayon du designer d’origine coréenne Jeongche Yoon. D’un Z qui veut dire Z-Fixie Concept. L’idée maîtresse de ce concept de vélo à pignon fixe repose, vous vous en doutiez, sur la forme de la dernière lettre de l’alphabet. Un cadre en Z plutôt réussi. Les plus observateurs auront remarqué le phare arrière intégré ou encore le détail des roues profilées. Mais l’artiste n’en est pas à sa première création. Spécialiste des modes de transport, le designer a notamment réalisé le Bik.E de Volkswagen ou encore le vélo électrique pliable BiCX qui se recharge en pédalant.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Encore une idée géniale. Et lumineuse. Après tout, le catadioptre et la petite loupiote c’est tout de même pas top. Alors, la designer industrielle américaine Dana Krieger, de l’agence Teague, a cogité sur une solution… disons un peu plus visible. Equiper le guidon de clignotants à ses deux extrémités n’était déjà pas mal, et pas banal pour un vélo, mais la réelle trouvaille sort vraiment du cadre traditionnel. Un cadre pas traditionnel. Car c’est le cadre qui est luminescent! Quand le vélosophe vous disait que l’idée était géniale. Ah, la créativité. Le système d’éclairage s’active depuis un bouton sur le guidon et la batterie rechargeable via un port USB est intégrée dans la potence. Et en plus le design de ce vélo urbain fixie (vélo sans changement de vitesse) est plutôt sympathique. Une petite vidéo du vélo Pulse? Bien vu, non?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Le vélo urbain fixie Pulse de la designer américaine Dana Krieger.

Le vélo urbain fixie Pulse de la designer américaine Dana Krieger.