Articles Tagués ‘impression 3D’

Concept bike 3bee de Tamas Turi, étudiant hongrois en design.

Concept bike 3bee de Tamas Turi, étudiant hongrois en design.

Ce concept bike 3bee de Tamas Turi, étudiant hongrois en design, est le résultat d’un travail de recherche sur l’harmonie entre l’homme et la machine. Une quête d’ergonomie qui se traduit par un résultat épuré pour le moins surprenant inspiré de la forme du corps humain sur un vélo. Au-delà de sa physionomie atypique, ce vélo urbain au look de vélo de course a aussi été développé pour être imprimable en 3D. Un mode de production destiné à faciliter la personnalisation du vélo selon les souhaits du client. Et le moins qu’on puisse dire est qu’il fait… bonne impression : ce cadre a remporté le prestigieux concours de design A’design Award dans la catégorie ‘véhicule, mobilité et transport’.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Et si vous en voulez encore plus, explorez www.twitter.com/be_velosophe (contenu différent de la page Facebook)

Publicités

Les équipes cyclistes professionnelles sont lancées dans une course surprenante aux innovations. Rivalisant de créativité, elles multiplient les partenariats de recherche pour gagner ces précieuses secondes synonymes de podiums. Début 2015, l’équipe cycliste professionnelle allemande Team Giant-Alpecin a par exemple conclu une collaboration avec le Sports Engineering Institute de l’Université technologique de Delft (Pays-Bas). Convaincus du potentiel de l’application du savoir scientifique dans la pratique des sports d’élite, et notamment le cyclisme, les deux partenaires ont mené un projet inédit basé sur l’aérodynamisme. Plutôt que de demander à leur spécialiste du contre-la-montre Tom Dumoulin de passer des heures en soufflerie pour améliorer la résistance à l’air de son maillot, les scientifiques ont proposé de réaliser un clone du cycliste en impression 3D. Grâce à un ingénieux système de scan composé de 150 prises de vue simultanées (de l’entreprise th3rd), les chercheurs vélosophes sont parvenus à fabriquer un mannequin grandeur nature de Tom Dumoulin en position de course. Ce modèle obtenu par l’assemblage de 8 pièces a ainsi permis de gagner énormément de temps (plus besoin de tenir compte de l’agenda du coureur) et d’efficacité (mesures plus précises car un coureur bouge naturellement plus qu’un mannequin) pour identifier les matières les plus adaptées à chaque  partie du corps pour un aérodynamisme optimal. Il est en effet faux de penser qu’un tissu plus lisse est forcément meilleur. Le maillot finalement utilisé par les coureurs combine différentes structures et textures tenant compte de la résistance au frottement et à la pression. Parallèlement à ce projet, l’université et le management de l’équipe ProTour travaillent aussi à trois autres chantiers que sont l’amélioration des performances des coureurs en descente via un sensorbike, l’analyse scientifique des données d’entraînement et l’optimisation de la distribution de la puissance de pédalage pour choisir le matériel idéal pour chacun. A suivre (mais ce sera de plus en plus difficile dans le peloton).

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Avez-vous déjà ajouté mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ à votre liste de cadeaux pour les fêtes de fin d’année? Plus d’infos sur www.velosophe.be/livre :)

Mannequin de Tom Dumoulin obtenu par impression 3D. Projet de collaboration entre TUDelft et l'équipe cycliste professionnelle Team Giant-Alpecin (photo : Cees Vos | Team Giant-Alpecin)

Mannequin de Tom Dumoulin obtenu par impression 3D. Projet de collaboration entre TUDelft et l’équipe cycliste professionnelle Team Giant-Alpecin (photo : Cees Vos | Team Giant-Alpecin)

Imaginez à quoi pourrait ressembler le vélo du futur grâce à l’impression 3D. Voilà le défi que s’est lancé l’Australien James Novak. Architecte et designer industriel de formation, le jeune professeur d’université s’est découvert une passion pour l’impression 3D. A tel point qu’il mène actuellement une thèse sur la fabrication additive dans le domaine des produits sportifs. Durant quatre mois, James a planché sur un projet qui tirerait au maximum profit du potentiel de l’impression 3D. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas tant la modélisation du vélo (150h de travail) mais bien la recherche de l’idée maîtresse qui a nécessité le plus de temps. Car ce mode de fabrication implique de penser autrement et de faire fi des contraintes traditionnelles. Le résultat est pour le moins surprenant et réussi. Notre vélosophe australien est parvenu à repousser les limites de la fabrication traditionnelle en revisitant complètement le concept du cadre de vélo. Créé d’une seule pièce, le cadre a été produit à partir de résine en collaboration avec le spécialiste belge de l’impression 3D Materialise. Quand je vous dis que la créativité liée au vélo a encore de belles heures devant elle…

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Cadre de vélo original produit d'une seule pièce en impression 3D par le designer industriel australien James Novak en collaboration avec l'entreprise belge i.materialise.

Cadre de vélo original produit d’une seule pièce en impression 3D par le designer industriel australien James Novak en collaboration avec l’entreprise belge i.materialise.