Articles Tagués ‘roue’

Et si c’était à ce détail-là qu’on reconnaissait les vrais fous du vélo? Les vrais de vrais. Ceux qui vivent et respirent le vélo et pour qui ça roule toujours. Ce détail-là, c’est du mobilier déjanté sorti de l’esprit d’Andy Gregg (Bike Furniture), un mécanicien qui en connaît un rayon en matière de cycles. Depuis quelques années, cet artiste du Michigan multiplie les créations en recyclant des jantes pour la gent cycliste (mais pas uniquement). Pour tous les goûts et de toutes les couleurs. Vous recherchez un fauteil, un tabouret ou une table de salon pour votre nouvel intérieur? Alors, qu’est-ce qu’on dit les cyclotouristes?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Pourquoi tant de cyclistes préfèrent-ils le sac à dos aux sacoches de vélo? Alors que finalement les sacs à dos sont souvent peu confortables dans la circulation et font davantage transpirer. Intrigué par la question, David Hotard, un étudiant en design industriel au Georgia Institute of Technology (Atlanta, Etats-Unis) a mené son enquête avec ses amis Matthew Campbell et Edwin Collier. Selon eux, il existe des solutions sur le marché, mais le choix de sacoches est relativement limité et les modèles proposés ne répondraient pas toujours aux attentes. Partant de ce constat, les étudiants ont analysé la manière dont les sacs étaient transportés dans les autres modes de transport (voiture, avion, …) pour tenter de transposer l’approche à un vélo. Sur un vélo, trois zones se prêtent au transport de sacs/sacoches : la selle, le guidon et les roues. Après avoir envisagé diverses options aux travers d’esquisses, le vélosophe américain a exploré l’idée des roues sans moyeu. Il suffisait d’y penser. En abandonnant les rayons traditionnels, il a pu exploiter le volume intérieur de la roue avant du vélo et ainsi intégrer directement le concept de la sacoche dans la roue. Une solution 2 en 1 pratique qui peut facilement accueillir un sac à dos. Rayon avantages, vous ne devez plus craindre le vol des sacoches laissées sur le vélo, et la coque rigide protège davantage le contenu. Et pour ne rien gâcher, son vélo TranSport, parrainé par la marque Sram, affiche un design racé qui a fière allure. Bref, une roue pleine… de créativité.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il était étudiant au Royal College of Art de Londres et loin de s’imaginer que son concept de roue de vélo pliable allait peut-être révolutionner le quotidien de nombreuses personnes à mobilité réduite quelques années plus tard. Initialement, son but était de concevoir une roue de grande taille pour les vélos pliables, histoire d’accroître leurs performances. Mais en partageant sa trouvaille, la roue a tourné et Duncan Fitzsimmons a pris conscience du potentiel de son idée comme roue de chaise roulante. Imaginez le monde de différence pour le transport ou le rangement d’une chaise roulante dès lors que les roues prennent deux fois moins de place. Avec ses collègues de Vitamins Design, l’inventeur vélosophe a peaufiné le concept qui a séduit un label américain spécialisé dans les produits et le matériel permettant d’accroître l’autonomie des personnes âgées ou à mobilité réduite. Et désormais, cette roue pliable est commercialisée, sous le nom de ‘Morph folding wheel’, pour lutter contre le handicap. Comme quoi la créativité liée au vélo peut élargir bien des horizons!

Signalons aussi que cette roue pliable vient d’être nominée pour le prix du Design de l’année 2013 du Design Museum de Londres.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

La roue pliable Morph, pensée pour un vélo pliable, commercialisée pour une chaise roulante.

La roue pliable Morph, pensée pour un vélo pliable, commercialisée pour une chaise roulante.

Au-delà d’un mode de transport à la mode, le vélo collectionne les vertus. Notamment sociétales. Aux Etats-Unis, un groupe s’évertue à utiliser le vélo comme ascenseur social. The Scraper Bike Movement, c’est son nom, invite les jeunes issus de ghettos à focaliser leur créativité sur leur bécane. Plutôt que d’errer dans les quartiers, ils s’investissent dans un projet créatif à la fois personnel et collectif. Ensemble, les jeunes personnalisent leur vélo, essentiellement au niveau des roues qu’ils décorent avec des bandelettes de toutes les couleurs, pour se confectionner LE modèle tendance. Car, dans ces communautés, le vélo est un véritable mode de vie et relève du statut social. Et grâce à cette dynamique positive, les éducateurs réinstaurent un climat de confiance propice au dialogue et à la (ré)insertion sociale. Chapeau bas à ces éducateurs vélosophes!

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Le mouvement Scraper Bike vise la réinsertion sociale des jeunes grâce au vélo.

Le mouvement Scraper Bike vise la réinsertion sociale des jeunes grâce au vélo.

Rien de tel que de décompresser un peu. Un pneu, beaucoup, à la folie. Enfin, pas de trop car il ne faudrait tout de même pas non plus passer pour un dégonflé. Mais pas de panique, c’est désormais fini les problèmes de pression. Grâce au système révolutionnaire Adaptrac, il est en effet possible de régler la pression des pneus de son mountain bike tout en roulant! Et même chaque roue de manière indépendante. Selon le type de revêtement de sol et le relief, les vététistes peuvent désormais moduler la pression de leurs roues pour accroître l’adhérence et/ou le rendement. Ainsi, les spécialistes du vélo tout terrain dégonfleront quelque peu leurs pneus dans les descentes techniques et remettront de la pression pour attaquer les côtes plus pentues. Outre le gain en termes de performance, le système apporte aussi un plus sur le plan du confort et de la sécurité. Bref, une belle invention qui devrait encore repousser les limites du VTT. Pour le plus grand plaisir des amateurs de ce sport spectaculaire.

La technologie brevetée comprend un set de roues, un dispositif de contrôle de pression au guidon à l’aide d’une jauge par roue et un réservoir de CO2.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Imaginez un vélo pliable. Ca y est? On parie que l’image que vous avez en tête a tout du jeu des sept erreurs avec L’Eco // 07 ? Avouez que le designer mexicain Victor Aleman a fait fort. Et pas uniquement en termes de design. Son vélo est en effet réalisé en acier et en plastique fabriqué à base d’algues. Mais le plus surprenant est encore à venir : ses roues sont elles aussi pliables!

Vous pouvez découvrir son ingénieux système de pliage via l’article de votre vélosophe publié dans le nouvel e-magazine Wielertoerist (en cliquant plusieurs fois sur ‘opvouwen’ et ‘open plooien’). Alors, le vélo pliable, on prend le pli?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Déjà particulièrement vulnérable de jour dans la circulation, le cycliste frôle souvent l’opération kamikaze une fois la nuit tombée. Et pourtant, malgré les nombreux accidents, très peu de systèmes d’éclairage offrent une solution sécurisante. Il ne suffit pas de voir, encore faut-il pouvoir être vu. Partant de ce constat, un jeune étudiant américain a eu une idée lumineuse : intégrer l’éclairage sur les jantes. Le résultat est aussi surprenant que révolutionnaire. Après plusieurs prototypes, son système ‘revolights‘ en est actuellement au stade de brevet en instance. Et comme Kent Frankovich (l’inventeur) maîtrise également le b.a.-ba du marketing, il peaufine le design pour garantir le succès commercial de son bébé. Si l’envie vous dit, il vous reste environ un mois pour soutenir le projet financièrement. Le vélosophe ne disait-il pas : « Un bon éclairage n’est pas un lux(e) pour un cycliste »?

Merci à Fanny et Johannes pour la brillante suggestion :)

Revolights, un système d'éclairage pour voir et être vu.