Articles Tagués ‘vélo caréné’

Sous ses airs de coque en bois, le vélomobile des frères Olivier et Nicolas Chambon dissimule un impressionnant degré de technicité. Les deux ingénieurs bretons passionnés d’aéronautique ont travaillé cinq ans sur leur vélo couché caréné. En s’inspirant du savoir-faire bois développé dans l’aéronautique des années ’50 et l’industrie du ski, les frangins ont appliqué à leur vélomobile les principes aérodynamiques et les techniques de collage et d’assemblage de bois. Un travail d’artisan digne des luthiers. « Nous n’avons rien inventé, juste mené un énorme travail d’engineering. Le coefficient de sécurité de chaque pièce a été calculé pour connaître notre marge de manœuvre et améliorer le modèle au fil des cinq prototypes », expliquent-ils. Et pour ne rien gâcher, ce bijou à pédales a été créé en open source. Les frères ont en effet publié les fichiers en téléchargement sur un forum pour éviter qu’un industriel ne puisse récupérer l’idée et la breveter.

Cet article est également paru dans le magazine canadien Vélo Mag.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vélomobile (vélo couché caréné) des frères Olivier et Nicolas Chambon.

Vélomobile en bois (vélo couché caréné) des frères Olivier et Nicolas Chambon.

Publicités

En septembre 2010, des étudiants de deux universités néerlandaises créent une équipe baptisée ‘Human Power Team‘ dans le but de concevoir et de construire un vélo couché aérodynamique capable de battre le record du monde de vitesse. Un an plus tard, ils décrochent le record européen en atteignant 129 km/h. A force de travail, et d’entraînement, le rêve vient de devenir réalité lors du World Human Powered Speed Challenge (WHPSC) annuel, qui s’est tenu en septembre 2013 à Battle Mountain, dans le Nevada (Etats-Unis). Conduit par Sebastiaan Bowier, un développeur produit de BBB Cycling, leur vélo caréné VeloX3 est entré dans l’histoire de la petite reine en poussant l’aiguille du compteur à 133,78 km/h, soit 0,6 km/h de mieux que le record précédent. Une belle performance d’équipe car le développement du vélo a été pris en charge par les étudiants de la Technische Universiteit Delft tandis que la sélection, l’entraînement et l’accompagnement du cycliste tout au long de l’aventure ont été assurés par les étudiants de la Vrije Universiteit Amsterdam. Tout avait été préparé dans les moindres détails, depuis le choix de la technique de production de la monocoque aérodynamique jusqu’à la peinture spéciale issue du monde de la Formule 1. Selon un responsable du projet, la résistance à l’air du VeloX3 est 10 fois inférieure à celle d’un vélo classique. Malgré une préparation minutieuse, les vélosophes de la Human Power Team ont toutefois eu chaud car ce n’est que le dernier jour de l’événement que leurs efforts ont été couronnés de succès. Ne parvenant pas à atteindre la vitesse escomptée, ils ont mené de multiples simulations informatiques grâce auxquelles ils ont détecté que la monocoque se déformait sous la puissance déployée par le cycliste. Une fois le problème résolu, et la météo un peu plus clémente, les membres de l’équipe ont pu crier leur joie dans le désert de l’Ouest américain. Si l’expérience vous dit, ils recrutent actuellement de vaillants mollets pour repousser encore leurs limites l’an prochain.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bas de Meijer

Evoquez la créativité liée au vélo et les images de designs futuristes et autres concept bikes se bousculent dans les esprits. Alors, que diriez-vous d’un voyage vers le futur? Style anno 1913. Deux amis passionnés d’aviation se prennent à rêver d’un vélo capable de battre des records de vitesse. Ensemble, Etienne Bunau-Varilla et Marcel Riffard cogitent et mettent au point une bicyclette pour le moins spéciale : le ‘vélo-torpille’. Dotée d’un carénage aux lignes aérodynamiques d’un dirigeable, leur invention ne fait que 17 kg. Autant dire un poids plume pour l’époque. Mais pour battre des records, il faut des jambes. C’est le cycliste français Marcel Berthet, spécialiste de la piste, qui aura le privilège de prendre place dans la machine du futur. Et d’inscrire son nom sur les tablettes de l’Union Cycliste Internationale (UCI) en tant que recordman du monde de l’heure. Un honneur qui lui reviendra à plusieurs reprises, dont la dernière fois pour un effort de 43 km 775. Une prouesse qui leur valait bien aussi une petite place sur les tablettes du vélosophe.

Crédit photos : Gallica/Bibliothèque nationale de France

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.