Articles Tagués ‘vélo électrique’

Ceci est un vélo électrique. Nouvelle preuve que les apparences sont parfois bien trompeuses. S’il fallait résumer la démarche créative du fabricant de vélos italien T°RED en quelques mots, j’opterais sans doute pour recherche, design et innovation. Architecte passionné de vélo, Romelo Stanco cherche en effet à repousser sans cesse les limites de ses vélos en termes de performances. Il n’hésite d’ailleurs pas à intégrer des matériaux et des processus de production peu communs dans le monde du vélo. Ce vélo Bestianera Hybrid StreetFighter est un modèle hybride alternant entre singlespeed et assistance électrique à la demande. Doté d’un système de récupération de l’énergie cinétique (SREC), le module électrique est caché dans la roue arrière. Sans fil, ni vu, ni connu. « Le cadre monocoque en fibre de carbone a lui aussi bénéficié d’une grande attention dans l’étude de la géométrie » m’explique Erica Marson, co-fondatrice de la marque italienne. « Ce vélo électrique de haute technologie affiche moins de 10 kg! ». Les spécialistes apprécieront aussi le frein à disque sur la roue à trois bâtons à l’avant. Comment ne pas séduire le cycliste urbain avec de tels atouts? Vous avez dit design italien?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Découvrez mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ sur www.velosophe.be/livre :)

Vélo à assistance électrique Bestianera Hybrid StreetFighter de la marque italienne T°RED.

Vélo à assistance électrique Bestianera Hybrid StreetFighter de la marque italienne T°RED.

Publicités

L’artisan italien Luca Agnelli (Agnelli Milano Bici) est fasciné par les canons de beauté d’un temps révolu. Spécialisé dans la customisation de vélos, il récupère les réservoirs de mobilettes pour fabriquer des vélos électriques et y intégrer la batterie. Ses vélos, volontiers rétro, sont à chaque fois des pièces uniques. Récemment, notre esthète vélosophe a réalisé un nouveau vélo d’un tout autre style mais tout aussi original : un vélo électrique mariant un triporteur Doniselli de 1929 avec le museau d’une Citroën 2CV. « Ces deux objets de design sont pour moi des icones », m’explique Luca Agnelli. « L’étape la plus complexe a été de retravailler le museau pour arriver à des proportions adaptées au triporteur. Les faces latérales ont elles aussi nécessité de nombreuses heures de travail ». Doté d’une assistance électrique, le triporteur offre un coffre avantageux et multifonctionnel. Quant aux phares, ils sont également fonctionnels. Plusieurs candidats ont manifesté leur intérêt d’acquérir ce vélo d’exception mais le restaurateur italien se donne encore le temps de la réflexion. Qui a dit que vélo et voiture ne faisaient pas bon ménage?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ (avec un chapitre complet sur les projets vélo de 21 constructeurs automobiles !) est disponible via www.velosophe.be/livre

Ce vélo de Luca Agnelli combine un triporteur Doniselli et un museau de Citroën 2CV.

Ce vélo de Luca Agnelli combine un triporteur Doniselli et un museau de Citroën 2CV.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après 30 ans sans accident, Yvan Forclaz tourne le dos à la moto. Mais pas pour autant aux deux-roues. L’ancien motard s’est en effet mis en tête de confectionner un vélo électrique confortable à piloter avec un joystick. Rien que ça. Et tout en récupération, hormis le moteur et les freins. Matériel de base : un vélo d’enfant, un vieux VTT, une chaise en bois, une poignée de mitigeur, une cornière métallique d’étagère, quelques autres bricoles et… un joystick. Au grand étonnement de notre vélosophe suisse, son Joystick Bike est qualifié d’invention. Yvan fait breveter le concept, qui lui vaut d’ailleurs un prix au salon des inventions de Genève. Malheureusement, malgré divers contacts, aucun industriel ne lui emboîte le pas. »Il est difficile de commercialiser un vélo que personne ne peut piloter », m’explique Yvan. « Le mode de pilotage va à l’encontre de tout ce que notre cerveau a appris depuis que nous sommes petits. Il faut environ 1h30 d’apprentissage avant d’envisager quelques tours de pédale consécutifs sans mettre pied à terre » (pour l’avoir testé, ce n’est pas une vaine parole). N’ayant pas les moyens de prolonger la protection du brevet plusieurs années, l’inventeur fait volte-face : il renonce à la commercialisation de son concept et le propose en open source. Désormais, son nouvel objectif est de créer une communauté d’adeptes du Joystick Bike et de donner envie à un maximum de personnes de fabriquer un vélo couché électrique avec joystick. Ca vous dit? Un petit mail à Yvan (en lui signalant que vous venez de ma part) et il vous envoie les plans.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans le cadre de son master en entrepreneuriat technologique à l’University College de Londres, Marcin Piatkowski planche sur l’outil de déplacement ultime pour les navetteurs urbains. Pour lui, la solution passe par le vélo pliant électrique. Pendant deux ans, le jeune entrepreneur approfondit ses recherches, peaufine le développement et optimise le design du prototype. Jugé prometteur, son vélo JIVR Bike est soutenu par son université via la création d’une start-up. Pour le grand public, l’aventure débute par un projet de financement participatif sur Kickstarter. Nouveau succès au rendez-vous et lancement de la production à grande échelle. Aujourd’hui, les premiers vélos sont en circulation depuis environ six mois et le carnet de commandes ne désemplit pas. Mais quels sont donc les points forts de ce JIVR Bike? Tout d’abord, la transmission mécanique est complètement cachée dans le cadre en aluminium. Outre le gain esthétique et le côté pratique d’éviter les taches de graisse, ce développement permet avant tout d’éliminer l’encrassement de la chaîne et donc de rendre le système plus durable. Sur le plan visuel, le cadre épuré revisite quelque peu la conception classique du vélo. Le concepteur souhaitait un transport aisé en mode replié et a trouvé un moyen ingénieux de plier le vélo en quatre mouvements. Le moteur électrique, quant à lui, est intégré dans le moyeu de la roue avant du vélo (20″). Enfin, le JIVR Bike entre dans la gamme des objets connectés. Equipé du Bluetooth, il peut être connecté à une application à télécharger sur votre smartphone grâce à laquelle vous disposez d’un ordinateur de bord.

Ce vélo fait partie des nombreux modèles qui seront présentés au salon du vélo d’exception LikeBike du 3 au 5 juin à Monaco (où je dédicacerai également mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity’).

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Déjà entendu parler de Manoj Bhargava? Cet Indien d’une soixantaine d’années est le fondateur de la boisson énergétique 5-Hour Energy. En quelques années, l’entrepreneur basé aux Etats-Unis (Michigan) a amassé une fortune considérable. Plutôt que de ‘ruiner la vie de son fils’ (sic) en lui léguant tout son argent, l’homme a préféré consacrer 99% de ses gains à des projets sociétaux qui améliorent le quotidien d’un maximum de personnes à travers le monde. Mais comment réellement faire la différence à grande échelle? Pour le milliardaire, trois axes sont prioritaires : l’eau, l’électricité et la santé. Avec l’aide d’une centaine d’ingénieurs engagés via sa plate-forme ‘Stage 2 Innovations’, il a exploré des solutions simples, efficaces et aisément déclinables à grande échelle dans les trois domaines. Pour l’électricité, son équipe a mis au point un vélo électrique d’intérieur relié à un générateur et une batterie. Une heure de pédalage sur le ‘Free Electric’ permet d’alimenter une maison modeste en électricité pendant 24h. D’ici quelques mois, les premiers modèles seront testés en conditions réelles dans une dizaine de villages en Inde. L’objectif est de distribuer 10.000 vélos électriques et ainsi permettre à un maximum de familles de sortir de la pauvreté, d’accéder à l’éducation et d’envisager l’avenir de manière plus sereine. Je ne peux que vous inviter à découvrir le magnifique film ‘Billions in change‘ (40 minutes d’inspiration) sur la philosophie du philanthrope indien Manoj Bhargava!

Le milliardaire indien Manoj Bhargava va distribuer 10.000 exemplaires du vélo électrique Free Electric pour permettre à un maximum de familles d'accéder à l'électricité dans le cadre de son projet philanthrope 'Billions in change'.

Le milliardaire indien Manoj Bhargava va distribuer 10.000 exemplaires du vélo électrique Free Electric pour permettre à un maximum de familles d’accéder à l’électricité dans le cadre de son projet philanthrope ‘Billions in change’.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Il n’y a aucune raison que Bruxelles ne devienne pas un deuxième Copenhague du vélo. Partant de cette idée, Frédéric Mertens a voulu rendre Bruxelles plate, pour que plus personne n’ait d’excuse à ne pas enfourcher le vélo. Sa solution? Gommer les reliefs de la ville et éliminer les craintes de l’effort avec… un vélo électrique. Cycliste au quotidien, le Bruxellois a mis à profit toute son expérience personnelle pour imaginer le vélo pliant idéal : léger, compact et abordable. Contrairement à beaucoup de modèles de ce créneau, son cadre se la joue triangulaire, avec des tubes jumeaux pour une plus grande rigidité. De l’avis de son concepteur, ce vélo n’a rien de révolutionnaire : il est entièrement équipé de pièces standard. Et pourtant, grâce à quelques astuces ingénieuses, le vélosophe est parvenu à conserver une grande compacité tout en permettant à des cyclistes de grande taille de l’utiliser de manière confortable. Simplement bien pensé, le vélo Ahooga se plie et se déplie en 10 secondes et affiche à peine 10 kg en version classique et 13 kg avec l’assistance électrique. Des atouts qui ne devraient pas laisser le cycliste urbain indifférent. Avec l’aide de son compère Philippe Lefrancq, Frédéric prépare actuellement le lancement de la production, prévue pour 2016. A suivre…

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Philippe Lefrancq et Frédéric Mertens présentant le prototype de leur vélo pliant électrique Ahooga.

Philippe Lefrancq et Frédéric Mertens présentant le prototype de leur vélo pliant électrique Ahooga.

Saviez-vous qu’à vélo ce n’est pas la vue mais bien l’ouïe qui est le premier sens pris en compte au moment d’envisager un changement de direction? Imaginez-vous dès lors l’enfer de rouler à vélo dans la circulation en étant privé de l’audition. Et les risques encourus par les cyclistes sourds. Pour contrer cette perte sensorielle, le designer taiwanais Yi-Sin Huang a eu l’excellente idée de concevoir un vélo qui aide les sourds à percevoir les bruits environnants. Doté de capteurs, le vélo relaie les informations sonores à l’aide de signaux lumineux. Ces capteurs alimentés par une batterie électrique détectent la position et la vitesse des objets situés dans un rayon de 10 mètres derrière le vélo durant la conduite. Les données sont transmises à un processeur qui prédit le mouvement des objets détectés et alerte le cycliste des dangers potentiels avec 3 sources lumineuses. Bref, comme le dit le designer, le Silence est un vélo avec un organe sensoriel. Cette belle invention en matière de sécurité routière a valu au vélosophe taiwanais une médaille de bronze au concours de design A’ Design Award 2013-2014 dans la catégorie véhicule, mobilité et transport.

Vous êtes amateur de design vélo? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Le vélo électrique Silence du designer taiwanais Yi-Sin Huang aide les sourds à percevoir les bruits environnants à l'aide de signaux lumineux.

Le vélo électrique Silence du designer taiwanais Yi-Sin Huang aide les sourds à percevoir les bruits environnants à l’aide de signaux lumineux.