Articles Tagués ‘vélo’

C’est en regardant une étape de montagne du Tour de France que Fraser Leid eut l’idée de concevoir un vélo capable de récupérer l’énergie du pédalage pour offrir une assistance motorisée. Etudiant en design industriel, il tenait à proposer une forme de cadre unique. Un vélo qui aurait pu être le fruit d’une collaboration entre Ferrari et Pirelli. Dans cette logique, le design devait forcément incarner la notion de vitesse. Le mécanisme imaginé repose sur deux choix particuliers. Tout d’abord, il abandonne la chaîne classique au profit d’un moyeu spécial doté de balais de moteur électrique. De la sorte, la rotation de la roue crée un courant électrique qui alimente une batterie placée à l’arrière du cadre. Ensuite, il remplace la fourche avant par un système de bras. Dès que le cycliste active l’assistance, ce bras déplace la roue vers l’arrière en position motorisée et un moteur situé à l’avant du cadre actionne la roue. On parie que vous ne regarderez plus jamais les étapes de montagne de la même manière?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Découvrez mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ sur www.velosophe.be/livre :)

Concept bike de Fraser Leid inspiré d'une possible collaboration entre les marques Ferrari et Pirelli.

Concept bike de Fraser Leid inspiré d’une possible collaboration entre les marques Ferrari et Pirelli.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laissez-moi vous souhaiter une merveilleuse année vélosophique. Une année créative. Une année où, comme le vélosophe de cette illustration, vous oserez vous lancer dans vos rêves les plus fous. Pour ne jamais avoir de regrets de ne pas les avoir tentés*. Et surtout, que ça roule. Chaud devant!

Pour la petite histoire, cette illustration est l’oeuvre de mon frère Michaël. Entre deux dédicaces de nos contes humoristiques sur un festival BD en 2013, nous partons dans un délire. En quelques traits sur un coin de table, un personnage prend forme, puis un grand-bi. Les mises en situation du cycliste deviennent de plus en plus loufoques. En se remémorant notre pointe de vitesse à 84 km/h sur notre triplet, il imagine les joies épiques du grand-bi dans les cols de montagne. Sans le savoir, il venait de me dessiner ma carte de vœux 2017…

* De mon côté, parallèlement à l’animation de ce blog et à la promotion de mon livre, je me suis lancé dans une nouvelle aventure vélosophe… en devenant l’importateur et le distributeur de la bière Vélosophe en Belgique. Plus d’infos sur www.velosophe.be/biere

Vélosophe vous souhaite une merveilleuse année 2017. (Illustration de Michaël Mageren)

Vélosophe vous souhaite une merveilleuse année 2017. (Illustration de Michaël Mageren)

En janvier 1974, Susan et Colin Rosenkowitz deviennent les premiers parents de sextuplés (vivants). L’histoire de la famille sud-africaine fait le tour du monde. Pour les cinq ans des enfants, un journal américain cherche une idée originale en vue d’un shooting photo qui marquerait les esprits. « Et si on les mettait tous sur un vélo? », lance un responsable de la rédaction. Il ne restait plus qu’à trouver un vélo de 8 places… Un journaliste de l’équipe se souvenait d’un Anglais qui fabriquait des vélos spéciaux. Contacté sur-le-champ, Dave Moulton accepte immédiatement de relever le défi. Le briefing n’exigeait nullement que le vélo soit opérationnel (seul le résultat visuel comptait) mais le vélosophe de Worcester mit un point d’honneur à ce que son vélo puisse réellement rouler. Après quelques semaines de gestation, le vélo hors norme fut expédié en Afrique du Sud et immortalisé avec les huit membres de la famille. Les trois garçons et trois filles se sont de nouveau prêté au jeu de la photo une petite vingtaine d’années plus tard en guise de remerciement pour Dave. Un souvenir mémorable pour le fabricant du vélo (qui n’a malheureusement jamais été mis à l’honneur comme convenu par le journal). Preuve que l’on peut souder des liens en soudant un cadre. Huit, je vous l’assure!

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Découvrez mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ sur www.velosophe.be/livre :)

Susan et Colin Rosenkowitz et leurs sextuplés sur le vélo 8 places fabriqué par l'Anglais Dave Moulton.

Susan et Colin Rosenkowitz et leurs sextuplés sur le vélo 8 places fabriqué par l’Anglais Dave Moulton.

Les trois frères et trois soeurs sur leur vélo hors norme une petite vingtaine d'années plus tard.

Les trois frères et trois soeurs sur leur vélo hors norme une petite vingtaine d’années plus tard.

Ceci est un vélo électrique. Nouvelle preuve que les apparences sont parfois bien trompeuses. S’il fallait résumer la démarche créative du fabricant de vélos italien T°RED en quelques mots, j’opterais sans doute pour recherche, design et innovation. Architecte passionné de vélo, Romelo Stanco cherche en effet à repousser sans cesse les limites de ses vélos en termes de performances. Il n’hésite d’ailleurs pas à intégrer des matériaux et des processus de production peu communs dans le monde du vélo. Ce vélo Bestianera Hybrid StreetFighter est un modèle hybride alternant entre singlespeed et assistance électrique à la demande. Doté d’un système de récupération de l’énergie cinétique (SREC), le module électrique est caché dans la roue arrière. Sans fil, ni vu, ni connu. « Le cadre monocoque en fibre de carbone a lui aussi bénéficié d’une grande attention dans l’étude de la géométrie » m’explique Erica Marson, co-fondatrice de la marque italienne. « Ce vélo électrique de haute technologie affiche moins de 10 kg! ». Les spécialistes apprécieront aussi le frein à disque sur la roue à trois bâtons à l’avant. Comment ne pas séduire le cycliste urbain avec de tels atouts? Vous avez dit design italien?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Découvrez mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ sur www.velosophe.be/livre :)

Vélo à assistance électrique Bestianera Hybrid StreetFighter de la marque italienne T°RED.

Vélo à assistance électrique Bestianera Hybrid StreetFighter de la marque italienne T°RED.

La brasserie américaine New Belgium a invité douze artistes à customiser un vélo de Detroit Bikes dans le cadre d’un concours d’art sur vélo. Alors que la plupart des artistes ont exprimé leur créativité en peignant le cadre, Brinkley Messick est allé plus loin dans la démarche en combinant peinture sur cadre et sacoches en cuir sur mesure. Bien qu’adepte de la récupération et du recyclage, le lauréat du concours a adopté le cuir comme support artistique dans le prolongement du cadre. Les différentes décorations rendent hommage aux paysages western du Colorado et de sa Caroline natale. Rien de bien étonnant puisque Brinkley oeuvre aussi à la préservation des espaces naturels. Il a d’ailleurs choisi de remettre le chèque de 5000$ du concours à une association active dans ce domaine. Pour le cadre, l’artiste a misé sur le contraste entre les décorations à la peinture et le cadre à l’état brut. Le cadre nu souligne, selon l’artiste, le lien avec l’histoire de Detroit. Les curieux peuvent découvrir les vélos des 12 artistes sur le site de la New Belgium’s Art Bike Competition.

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ (avec un chapitre complet sur les projets vélo de 21 constructeurs automobiles !) est disponible via www.velosophe.be/livre

Vélo customisé sur le thème des grands espaces du western américain.

Vélo customisé sur le thème des grands espaces du western américain.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’artisan italien Luca Agnelli (Agnelli Milano Bici) est fasciné par les canons de beauté d’un temps révolu. Spécialisé dans la customisation de vélos, il récupère les réservoirs de mobilettes pour fabriquer des vélos électriques et y intégrer la batterie. Ses vélos, volontiers rétro, sont à chaque fois des pièces uniques. Récemment, notre esthète vélosophe a réalisé un nouveau vélo d’un tout autre style mais tout aussi original : un vélo électrique mariant un triporteur Doniselli de 1929 avec le museau d’une Citroën 2CV. « Ces deux objets de design sont pour moi des icones », m’explique Luca Agnelli. « L’étape la plus complexe a été de retravailler le museau pour arriver à des proportions adaptées au triporteur. Les faces latérales ont elles aussi nécessité de nombreuses heures de travail ». Doté d’une assistance électrique, le triporteur offre un coffre avantageux et multifonctionnel. Quant aux phares, ils sont également fonctionnels. Plusieurs candidats ont manifesté leur intérêt d’acquérir ce vélo d’exception mais le restaurateur italien se donne encore le temps de la réflexion. Qui a dit que vélo et voiture ne faisaient pas bon ménage?

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ (avec un chapitre complet sur les projets vélo de 21 constructeurs automobiles !) est disponible via www.velosophe.be/livre

Ce vélo de Luca Agnelli combine un triporteur Doniselli et un museau de Citroën 2CV.

Ce vélo de Luca Agnelli combine un triporteur Doniselli et un museau de Citroën 2CV.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au début des années 80, Luc Geiser entreprend de construire un dirigeable à pédales pour traverser la Manche. Malheureusement, le jeune aventurier décède dans un accident de plongée avant la tentative de l’exploit. Vingt ans plus tard, Stéphane Rousson rêve d’un projet similaire. Durant ses recherches, il découvre l’aérostat à propulsion musculaire de Luc. Stéphane le rachète, le remet en état et le modifie. En 2016, une chaîne de télévision britannique lui propose de relever le défi de traverser la Manche avec une star anglaise pour les besoins d’une émission. Il reconstruit une nouvelle nacelle avec des hélices plus performantes. Le ballon à propulsion humaine Zeppy est constitué d’une base de vélo dont le guidon est doté de deux grands bras indépendants reliés à des hélices. En une génération, le bond technologique est tel (aérodynamisme, profils d’hélices, roulements des renvois d’angle, …) que le vélo dirigeable passe de 5 à 13 noeuds. Si les médias sont sans cesse en quête de performances et d’exploits, notre vélosophe volant me confie que c’est avant tout le plaisir de voler à la propulsion musculaire qui le grise. « Vu la spécificité des conditions météorologiques requises pour naviguer, le dirigeable à pédales n’a aucun avenir en termes de transport », dit-il. « Les performances pourraient encore être améliorées mais mes aventures en Zeppy ne sont qu’un exercice de style pour comprendre la logique de la faible puissance et tenter de l’appliquer à d’autres technologies. Les gens imaginent qu’il suffit de pédaler pour avancer mais, contrairement aux apparences, il est extrêmement complexe de piloter un tel ballon, surtout lorsque le vent n’est pas favorable ». Pour l’heure, notre cycliste de haut vol est à la recherche de partenaires financiers pour relancer un projet d’envergure. A bon entendeur…

Découvrez d’autres infos vélosophiques sur la page Facebook de Vélosophe.

Vous en voulez encore plus? Mon livre ‘La créativité liée au vélo – Bike-inspired creativity‘ est disponible via www.velosophe.be/livre

Stéphane Rousson à bord de son premier Zeppy utilisé pour la traversée de la Manche.

Stéphane Rousson à bord de son premier Zeppy utilisé pour la traversée de la Manche.

Ce diaporama nécessite JavaScript.